Liens d'accessibilité

Heurts entre manifestants et l'Onu à Gao


Gao a été le théâtre d'affrontements entre la MINUSMA et des manifestants (Reuters)

Gao a été le théâtre d'affrontements entre la MINUSMA et des manifestants (Reuters)

Les affrontements ont éclaté alors que des responsables de la Minusma rencontraient des chefs locaux hostiles à un projet de "zone-tampon" dans le nord du pays.

REUTERS - Des soldats de la Minusma, la force des Nations unies au Mali, ont ouvert le feu mardi pour repousser des manifestants qui voulaient envahir leur base à Gao, dans le nord du Mali, faisant au moins trois morts, ont rapporté des témoins.

Les affrontements ont éclaté alors que des responsables de la Minusma rencontraient des chefs locaux hostiles à un projet de "zone-tampon" dans le nord du pays.

Ce projet conduirait au désarmement des milices favorables au gouvernement de Bamako alors que plus au nord les séparatistes touaregs, selon les chefs locaux, seraient moins affectés par cette mesure.

L'un des manifestants a succombé après avoir été atteint à la tête, a dit un témoin. Un autre témoin a affirmé que quatre morts et quatre blessés avaient été amenés à l'hôpital, ce qui n'a pu être confirmé de source médicale.

Les casques bleus avaient d'abord tiré des grenades lacrymogènes pour tenter de disperser les milliers de personnes qui manifestaient devant leur base en lançant des pierres et des cocktails Molotov.

"Les soldats de l'Onu ont paniqué et ont ouvert le feu sur les manifestants", a dit un militaire malien interrogé par Reuters. "Il y a trois morts et de nombreux blessés."

Selon le porte-parole de Minusma à Bamako, Olivier Salgado, les casques bleus n'ont tiré que des coups de semonce. Deux policiers de la Minusma ont été blessés, a-t-il dit.

XS
SM
MD
LG