Liens d'accessibilité

Heurts à Kinshasa avant une manifestation anti-Kabila


Etienne Tshisekedi, opposant historique et leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a atterri à l’aéroport international de N’Djili à son retour d’une longue convalescence l’étranger, à Kinshasa, RDC, 27 juillet 2017. (Crédit Top Congo FM)

Etienne Tshisekedi, opposant historique et leader de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a atterri à l’aéroport international de N’Djili à son retour d’une longue convalescence l’étranger, à Kinshasa, RDC, 27 juillet 2017. (Crédit Top Congo FM)

Des heurts épars ont opposé lundi matin de jeunes manifestants d'opposition à la police anti-émeute à Kinshasa avant une manifestation hostile au président congolais Joseph Kabila.

Vers 11h00 (10h00 GMT), les policiers dispersaient à coup de grenades lacrymogènes plusieurs centaines de personnes qui leur lançaient des pierres et tentaient d'avancer vers le Palais du Peuple (Parlement), selon des journalistes de l'AFP sur place.

Un peu plus tôt, sur une grande artère du centre de la capitale de la République démocratique du Congo, des affrontements similaires avaient mis aux prises les forces de l'ordre et quelques dizaines de manifestants lançant en français ou en lingala des "Kabila akende !" et "Kabila dégage !".

Au milieu des effluves roses des gaz tirés par les forces de l'ordre, émergeaient des drapeaux blanc et bleu de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti d'Étienne Tshisekedi, figure historique de l'opposition congolaise.

Avant les affrontements, des journalistes de l'AFP ont vu un minibus et une voiture incendiés à Limete, le quartier du siège de l'UDPS, dans le centre-ouest de Kinshasa.

A l'échangeur de Limete, point de départ de la manifestation censée commencer à 13h00 (12h00 GMT), des manifestants ont mis le feu à une affiche montrant un portrait géant du président appelant au "dialogue" pour surmonter la crise politique que traverse le pays depuis sa réélection contestée en novembre 2011.

Sur le boulevard Lumumba, la grande artère de Limete, plusieurs pneus ont été incendiés sur la chaussée en divers endroits et des jeunes filtraient les rares voitures qui circulaient, ne laissant passer que les journalistes.

De source diplomatique, on signalait aussi des échauffourées plus au sud en "divers endroits" sur la route menant à l'aéroport.

"Préavis"

Réuni autour de M. Tshisekedi, un "Rassemblement" des principaux partis d'opposition a appelé à manifester lundi dans tout le Congo pour signifier à M. Kabila son "préavis", trois mois avant l'expiration de son mandat, le 20 décembre, et exiger la convocation de la présidentielle censée avoir lieu avant cette date.

Arrivé au pouvoir en 2001 après l'assassinat de son père Laurent-Désiré Kabila, M. Kabila est âgé de 45 ans. La Constitution congolaise lui interdit de se représenter mais il ne donne aucun signe de vouloir quitter le pouvoir.

Alors que la présidentielle apparaît impossible à tenir dans les temps, le "Rassemblement" constitué autour de M. Tshisekedi refuse le "dialogue national" en cours à Kinshasa entre la majorité et une partie de l'opposition.

Ce forum est censé déboucher sur un "accord politique" de sortie de crise et ouvrir la voie à des élections "apaisées" mais retardées.

Il devait s'achever samedi, mais les négociateurs ne sont pas encore parvenus à s'entendre sur tous les points à l'ordre du jour, et le travail sur le calendrier des élections devait reprendre lundi à Kinshasa.

Mégapole de 10 millions d'habitants habitués aux violences à caractère politique, Kinshasa avait des airs de ville morte lundi.

Dans plusieurs quartiers, les écoles étaient désertées par les élèves, les parents préférant les garder à la maison. De nombreuses boutiques étaient fermées, la circulation était presque inexistante. Faute de clients, quelques taxis (peu nombreux) cassaient leur prix.

Une atmosphère semblable régnait à Lubumbashi, la deuxième ville du pays, dans le sud-est, où des soldats sont venus renforcer en masse la police autour des principaux bâtiments publics et dans les quartiers réputés acquis à l'opposition.

Alors que toute manifestation était interdite, le gouverneur provincial, Jean-Claude Kasembe, a appelé la population a vaquer "librement" à ses occupations habituelles, mais les habitants semblent avoir fait majoritairement le choix de rester chez eux.

A Bukavu, dans l'est du pays, quelque 300 personnes manifestaient à la mi-journée pour demander le "respect de la Constitution" avec des urnes en toile pour dire que la tenue de la présidentielle dans le délai est encore possible, selon le correspondant local de l'AFP.

Avec AFP

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG