Liens d'accessibilité

Helen Thomas: une journaliste légendaire n'est plus


Helen Thomas, interrogeant le président Barack Obama à la Maison Blanche

Helen Thomas, interrogeant le président Barack Obama à la Maison Blanche

Le président Barack Obama s’est dit attristé par le décès d’une journaliste légendaire, Helen Thomas.

Qualifiant Helen Thomas de « véritable pionnière », le président Barack Obama a rappelé qu’elle a « ouvert les portes et fait tomber les barrières pour des générations de femmes dans le journalisme ».

Mais ce n’est pas la longévité de sa carrière qui l’a rendu si remarquable, a poursuivi le chef de l’Etat. C’est « sa croyance féroce que notre démocratie fonctionne mieux lorsque nous posons des questions difficiles et demandons à nos dirigeants de rendre des comptes », a souligné M. Obama.

Mme Thomas, qui est décédée samedi à l'âge de 92 ans, a toujours su qu’elle voulait être journaliste. « J’adore l’histoire, et je savais que ce serait là que je pourrais toujours apprendre » avait-elle déclaré.

La « doyenne de la presse de la Maison Blanche » aura été une pionnière pour les femmes à une époque où les hommes dominaient la profession, couvrant chaque président depuis John F. Kennedy jusqu’à Barack Obama.

D’une famille d'origine libanaise, elle avait étudié le journalisme avant de rejoindre l’agence United Press International (UPI), où elle fera carrière pendant 57 ans. Durant les dix dernières années de sa vie, elle a travaillé pour le géant médiatique Hearst.

C’est en 1961, sous l’administration Kennedy, que Mme Thomas était devenue l’une des premières femmes à couvrir la Maison Blanche. « C’était vraiment merveilleux, parce que l’administration Kennedy inspirait tant d’espoir. Les jeunes avaient pris la relève et s’étaient donnés des buts importants » expliquait Mme Thomas.

En tout, elle couvrirait dix présidents, mais dans une interview en 2010, elle avouait que l’un des moments clés de sa vie avait été sa visite en Chine en 1972, aux côtés du président républicain Richard Nixon. Une visite historique qui avait permis à la presse américaine d’ouvrir les yeux de leurs compatriotes quant à la situation dans ce pays.

Mme Thomas était connue pour son obstination à poser des questions difficiles, et à ne jamais renoncer à obtenir une réponse. En 2006, elle demandait à l’ancien président George W. Bush d’expliquer pourquoi il avait envahi l’Irak – une question qu’il n’avait pas apprécié.

« Je voudrais vous demander, Monsieur le Président : votre décision d'envahir l'Irak a causé la mort de milliers d'Américains et d'Irakiens. Des Américains et des Irakiens souffriront des séquelles de leurs blessures pour le restant de leur vie. Toutes les raisons invoquées, du moins publiquement, se sont avérées fausses. Ma question est, pourquoi vouliez-vous vraiment partir en guerre? »

Mme Thomas avouait que cet entêtement lui avait parfois coûté cher. Un certain nombre de présidents auraient préféré pouvoir m’éviter, expliquait-elle.

Même si on la considère comme une pionnière pour les droits des femmes journalistes, elle soulignait que beaucoup reste à faire de ce côté là. « Je pense que les femmes Mme Thomas.
XS
SM
MD
LG