Liens d'accessibilité

Cote d’Ivoire : la CEDEAO entend assurer une sortie digne et sécurisée à Laurent Gbagbo


Une femme passant devant des soldats pro-Ouatarra, à Abidjan

Une femme passant devant des soldats pro-Ouatarra, à Abidjan

Dans un communique de mardi, la CEDEAO a demandé, une fois de plus, au président sortant de céder le pouvoir à Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo négocie les termes de son départ après que les forces de son rival aient encerclées sa résidence mardi. Le ministre français des Affaires Etrangères a déclaré que les négociateurs sont sur le point de convaincre Laurent Gbagbo.

Un peu plus tard, il a annoncé que la France et les Nations Unies souhaitent que le président sortant signe un document dans lequel il accepte de renoncer au pouvoir et reconnaitre Alassane Ouattara.

D’autres officiels français et ivoiriens abondent dans le même sens en affirmant que les négociations pour le départ de Laurent Gbagbo progressent rapidement. Selon Gérard Longuet, le ministre français de la Défense, tout pourrait être résolu dans les prochaines heures.

Par ailleurs, l’ONUCI, la mission onusienne en Cote d’Ivoire declare que trois généraux de Laurent Gbagbo ont appelé pour annoncer qu’ils avaient ordonne aux soldats de déposer les armes et de se rendre a l’ONU. L’un d’entre eux est Philippe Mangou, le chef d’état major de l’armée de Laurent Gbagbo qui a précédemment appelé au cessez le feu mardi alors que les forces soutenant Alassane Ouattara attaquaient les derniers bastions du président sortant.

Mardi, des hélicoptères de l’ONU et de la force francaise Licorne ont bombardé le palais présidentiel, la résidence de Laurent Gbagbo et des camps militaires des forces qui le soutiennent.

On pense que Laurent Gbagbo est retranché dans un bunker, dans sa résidence d’Abidjan.

XS
SM
MD
LG