Liens d'accessibilité

Le salaire minimum augmenté de 25% en Haiti


Le président intérimaire Jocelerme Privert

Le président intérimaire Jocelerme Privert

Suite à la mesure annoncée cette semaine, les travailleurs du secteur industriel haïtien gagneront désormais environ 4,84 dollars par jour.

Le salaire minimum en Haïti a été augmenté de 25% par arrêté présidentiel, publié lundi soir au journal officiel (Le Moniteur), afin de répondre à la dégradation des conditions de vie des salariés face à la forte inflation.

Au 1er mai, la rémunération de la journée de travail de 8 heures dans le secteur industriel passe de 240 gourdes (3,87 dollars américains) à 300 gourdes (4,84 dollars).

"En fixant le salaire minimum, l'Etat a pour devoir de prendre en compte les réalités et les dynamiques sectorielles", précise le document signé par le président provisoire Jocelerme Privert, le Premier ministre et le ministre des Affaires sociales et du travail.

Déjà faible, l'économie d'Haïti connaît un net ralentissement en raison de la crise politique profonde provoquée par le report sine die du deuxième tour de la présidentielle, prévu initialement en décembre 2015.

Des manifestations ont lieu régulièrement en Haïti pour exiger la tenue du second tour des élections

Des manifestations ont lieu régulièrement en Haïti pour exiger la tenue du second tour des élections

L'inflation, constante depuis ces quatre dernières années, s'est accentuée pour dépasser les 15% en avril.

Un contexte économique difficile avait poussé les syndicats à réclamer dès avril la réévaluation du salaire minimum journalier à 500 gourdes (8,05 dollars).

Gangrené par un taux de chômage massif, Haïti profite depuis 2007 d'accord commerciaux avec les Etats-Unis pour relancer la création d'emplois.

La loi Hope, rebaptisé Help en 2010, offre au pays de la Caraïbe une exemption des droits de douanes à l'entrée du marché américain pour tout produit textile confectionné en Haïti.

Fleurissant depuis les années 1980, employant jusqu'à 100.000 personnes, le secteur de la sous-traitance en Haïti peine à attirer les investisseurs étrangers, refroidis par l'instabilité politique.

Pourtant, la conclusion du processus électoral arrêté avant le second tour, en décembre dernier, suite à des protestations de l’opposition accompagnées de violences, devient de moins en moins évidente.

Allant au-delà des termes de l’accord qu’il a lui-même conçu et signé avec le président Michel Martelly début février en tant que leader du Sénat, l’actuel président intérimaire Jocelerme Privert a institué une Commission de vérification électorale vivement critiquée par plusieurs secteurs politiques.

XS
SM
MD
LG