Liens d'accessibilité

Guinée : Sidya Touré se dit "particulièment visé par la fraude" et se retire


Sidya Touré, ex-Premier ministre guinéen, candidat à la présidentielle du 11 octobre en Guinée

Sidya Touré, ex-Premier ministre guinéen, candidat à la présidentielle du 11 octobre en Guinée

L'ex-Premier ministre guinéen , candidat à la présidentielle, a annoncé lundi le retrait de ses représentants des instances électorales pour ne "pas cautionner" ce processus.

Sidya Touré affirme être particulièrement ciblé par la fraude imputée au pouvoir lors du premier tour dimanche,

Cette décision fait suite à la demande d'annulation du premier tour par les sept adversaires du président sortant Alpha Condé à ce scrutin, lors d'une conférence de presse lundi.

"Notre constat est que les anomalies observées dans les différents bureaux de vote sont particulièrement ciblées dans les fiefs de l'Union des forces républicaines" (UFR), a déclaré à l'AFP M. Touré, président de l'UFR et arrivé en troisième position en 2010, derrière M. Condé et le chef de l'opposition Cellou Dalein Diallo.

Dans un communiqué, l'UFR invoque la "fraude qui a particulièrement visé" son candidat et précise agir "en conformité avec la décision solidaire des sept candidats à l'élection présidentielle de ne pas reconnaître les résultats".

"L'objectif est très clair, c'est un objectif qui a toujours été celui du gouvernement: éliminer le parti le plus consensuel qui puisse exister, pour maintenir toujours la fracture politico-communautaire que les uns et les autres veulent entretenir", a estimé M. Touré.

MM. Diallo et Condé tirent la majeure partie de leurs suffrages de leurs communautés respectives, les Peuls et les Malinkés, les deux plus importantes du pays.

"Nous en avons tiré les conclusions parce que dans tous nos fiefs, les résultats qui nous ont été remontés ne correspondaient absolument pas à ce qui a été proclamé" au niveau des bureaux de vote, a ajouté l'ancien Premier ministre.

"A Kaloum (quartier administratif de Conakry où Sidya Touré est populaire, NDLR) on vous donne des scores +soviétiques+, ou dans ma propre cour familiale, à Boké, j'ai 7 voix, Alpha en a 145", avait-il auparavant ironisé, lors de la conférence de presse.

M. Touré a ensuite précisé à l'AFP que "le bureau exécutif de l'UFR s'est retrouvé et a décidé de retirer nos représentants au niveau des bureaux de centralisation du vote parce que ces commissions ne fonctionnent absolument pas selon les règles indiquées par la loi guinéenne".

"Nous n'allons pas admettre cela, nous n'allons pas cautionner cela, nous préférons donc nous en retirer", a-t-il conclu.

Les deux précédents scrutins en Guinée, la présidentielle de 2010 et les législatives de 2013, ont été entachés par des violences et des accusations de fraude.

Ave AFP

XS
SM
MD
LG