Liens d'accessibilité

Manifestations empêchées à Conakry, un mort à Labé, selon l'opposition


La dernière présidentielle guinéenne avait donné lieu à de violents affrontements inter-communautaires

La dernière présidentielle guinéenne avait donné lieu à de violents affrontements inter-communautaires

De nombreux jeunes ont été dispersés à plusieurs endroits de Conakry par les forces de l’ordre. Le gouvernement ne confirme pas ce bilan

Les gendarmes ont, selon des témoins, maîtrisé un incendie provoqué près du siège du parti au pouvoir, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), dans un quartier populaire de Conakry, à Hamdallaye.

Notre correspondant dans la capitale guinéenne, Zakaria Camara, nous signale que la maison de Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG, était encerclée par les forces de l'ordre. A Labé, en revanche, la mobilisation aurait été plus forte.

Joint par VOA Afrique, Laly Diallo, militant de l'UFDG, affirme qu'un manifestant serait mort à Labé. Son corps se trouverait à la morgue. Aucune confirmation du gouvernement pour le moment.

Plusieurs grandes routes dont l'autoroute Le Prince, principal théâtre des récents affrontements, menant des banlieues au centre-ville à travers des quartiers populaires favorables à l'opposition, sont restées fermées à la circulation depuis 7h TU, de même que les marchés, dont celui de Madina, poumon économique de la ville.

L’opposition manifeste depuis quelques jours pour l'annulation du calendrier électoral.

Sur VOA Afrique, le président Alpha Condé a déclaré qu'il se rangeait à l'avis de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) et qu'il était impossible techniquement d'organiser les élections locales avant 2016.

Ce calendrier fixe la présidentielle au 11 octobre 2015 puis les élections locales en 2016.

XS
SM
MD
LG