Liens d'accessibilité

Guinée: l'enquête sur le journaliste disparu depuis un an bientôt bouclée


Chérif Diallo n'a pas donné signe de vie depuis qu'il a quitté son domicile à moto le soir du 23 juillet 2015, selon ses collègues et ses proches.

La justice guinéenne a presque bouclé le dossier concernant la plainte sur la disparition de Chérif Diallo, reporter de la chaîne de télévision guinéenne Espace TV, porté disparu depuis près d'un an, a indiqué vendredi à l'AFP une source judiciaire.

Les autorités ont affirmé avoir ouvert dès le lendemain une enquête sur sa disparition. Les résultats de ces investigations n'ont pas fait l'objet de communication publique.

"Le dossier sur la disparition de Chérif Diallo suit son cours normal et est presque en phase de clôture. Il y a une plainte contre X pour séquestration parce que rien ne dit aujourd'hui que le journaliste n'est pas retenu quelque part", a déclaré cette source judiciaire haut placée sous couvert d'anonymat. Elle n'a pas souhaité fournir de détails, invoquant le secret de l'instruction.

"C'est moi qui ai porté plainte contre X, au nom de Adafo Media (société mère d'Espace TV) pour enlèvement et séquestration au lendemain de la disparition de Chérif", a précisé à l'AFP Moussa Moïse Sylla, directeur de la rédaction d'Espace TV. Il dit cependant n'avoir aucun détail sur l'évolution du dossier.

"Nous avons saisi les instances judiciaires, nous attendons leurs conclusions sans nous faire trop d'illusions", a-t-il ajouté.

Les collègues et la famille du reporter ont assuré demeurer vendredi sans nouvelles de lui, alors que des rumeurs - démenties depuis - avaient fait état de la découverte l'année dernière d'un corps soupçonné être le sien, qui aurait ensuite été enterré sans aucun test d'identification.

En août 2015, selon ses proches citant des enquêteurs, des effets personnels de Chérif Diallo - son sac, son badge, son téléphone - avaient été retrouvés par des pêcheurs, mais pas sa moto.

Aujourd'hui, "c'est le désespoir total en l'absence d'une investigation que nous estimons sérieuse", a déclaré une de ses tantes, Hadja Halimatou Diallo, porte-parole de sa famille.

"Il est pratiquement impossible de continuer de rêver qu'on puisse retrouver notre fils sain et sauf", mais sans certitude sur son décès, il est aussi impossible pour la famille de "faire tranquillement le deuil", a ajouté Mme Diallo.

Selon Moussa Moïse Sylla, l'absence de nouvelles de Chérif Diallo est toujours ressentie avec douleur par ses collègues, qui craignent désormais aussi pour leur vie. Depuis juillet 2015, "chacun chez nous croit que demain c'est son tour", a-t-il dit.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG