Liens d'accessibilité

Guinée/Ebola : « Pas de risque d’une grosse épidémie qui repart »


Photo d'archives: Des agents de la santé, vêtus d’équipement de protection contre le virus Ebola, transportent sur une civière les restes d'un enfant nouveau-né suspecté mort après avoir contracté l’épidémie, à Dubreka, Guinée, le 19 juin 2015

Photo d'archives: Des agents de la santé, vêtus d’équipement de protection contre le virus Ebola, transportent sur une civière les restes d'un enfant nouveau-né suspecté mort après avoir contracté l’épidémie, à Dubreka, Guinée, le 19 juin 2015

C’est l’avis du Dr Pierre Rollin, spécialiste des maladies infectieuses aux Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux Etats-Unis (CDC), dans une interview accordée à VOA Afrique. Il commentait les deux nouveaux cas d'Ebola enregistrés en Guinée.

La fièvre hémorragique Ebola refait surface en Guinée, à l’heure où le pays a toute son attention focalisée sur l’après-premier tour de la présidentielle. Deux nouveaux cas d’infection par le virus ont été détectés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Le retour d’Ebola en Guinée déçoit-il les acteurs engagés dans la lutte contre la maladie ? C’est l’une des questions que Jacques Aristide a posées au Dr Pierre Rollin, spécialiste des maladies infectieuses aux Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux Etats-Unis (CDC).

« C’est toujours décevant de voir que l’épidémie n’est pas terminée. Mais très souvent, on peut s’attendre à ces petits accidents en fin de parcours. C’est toujours difficile de terminer une épidémie surtout quand [il est] d’une répartition géographique aussi importante », confie le Dr Rollin.

Le médecin, qui s’était déjà rendu en Guinée par le passé, estime toutefois qu’« il n’y a pas de risque d’une grosse épidémie qui repart ».

La Guinée n'avait plus détecté de nouveaux cas depuis deux semaines, selon OMS.

"Cette semaine, la Guinée a enregistré deux nouveaux cas" de la fièvre hémorragique, a déclaré une porte-parole de l'OMS, Margaret Harris, lors d'un point de presse à Genève.

Selon l'OMS, un cas -- une femme -- été enregistré le 13 octobre à Ratoma, dans la banlieue de Conakry. L'autre a été détecté le 14 octobre lors d'analyses post-mortem sur un homme dans la région de Forecariah.

Les derniers cas d'Ebola en Guinée avaient été enregistrés les 26 et 27 septembre.

La Sierra Leone, le Liberia et la Guinée, des pays d'Afrique de l'Ouest limitrophes, ont été les plus affectés par l'épidémie d'Ebola apparue fin décembre 2013 dans le Sud de la Guinée. Le virus a fait quelque 11.300 morts sur plus de 28.400 cas recensés, à 99% dans ces trois pays, selon l'OMS.

La Sierra Leone espère être déclarée exempte de contagion en novembre. Selon les règles de l'OMS, un pays est déclaré exempt 42 jours - soit deux fois la durée maximale d'incubation de la maladie - après le dernier cas connu.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG