Liens d'accessibilité

Guinée Bissau : un commando attaque la résidence d’un ministre


Le président de la Guinée-Bissau José Mario Vaz

Le président de la Guinée-Bissau José Mario Vaz

Des hommes armés ont attaqué la résidence d'un membre du gouvernement bissau-guinéen et emporté trois millions d'euros et des bijoux de grande valeur, rapportent des sources policières.

La police et les enquêteurs évoquent la thèse d'un acte crapuleux.

Selon eux, des assaillants, munis d'armes de guerre, ont fait irruption dimanche vers 22H00 locales (et GMT) au domicile du secrétaire d'Etat chargé des Transports et de la Communication et porte-parole du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir), Joao Bernardo Vieira, absent du lieu au moment de l'attaque.

Les membres du commando ont battu et grièvement blessé les quatre gardes de sécurité privée présents sur place, qui ont dû être hospitalisés.

Ils ont ensuite fouillé la résidence et emporté environ trois millions d'euros mais aussi des bijoux de grande valeur appartenant à l'épouse de M. Vieira. Cette dernière était sur place mais n'a pas été physiquement agressée, a indiqué la source proche de l'enquête, sans plus de détails.

Aucune des sources n'était en mesure d'indiquer si les fonds volés étaient la propriété du secrétaire d'Etat ou du parti au pouvoir.

L'attaque a été rapportée lundi par plusieurs radios locales qui ont évoqué une tentative d'assassinat visant M. Vieira. Sollicités par l'AFP, le parti et l'entourage du secrétaire d'Etat n'ont pas souhaité faire de commentaire dans l'immédiat.

La Guinée-Bissau, une ex-colonie portugaise comptant 1,6 million d'habitants, est un pays pauvre au passé tumultueux: elle a été secouée par de nombreux coups d'Etat et tentatives de putschs, et connaît une instabilité chronique depuis son indépendance en 1974.

Des milliers d'armes circulent en dehors des circuits autorisés et des narcotrafiquants ont profité de cette instabilité pour s'installer dans le pays, sous la protection présumée de hauts responsables de l'armée.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG