Liens d'accessibilité

Guinée-Bissau : Ban Ki-moon appelle au calme pour "éviter une escalade"


Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon lors d'une visite au Burundi, 2 février 2016

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon lors d'une visite au Burundi, 2 février 2016

Le secrétaire général de l’ONU exhorte tous les protagonistes politiques bissau-guinéens à mettre fin d'urgence à l'impasse autour du gouvernement, "dans l'intérêt de la population et sur la base de la constitution du pays"

Ban Ki-moon s’est, dans un communiqué publié vendredi, déclaré "très préoccupé" par la crise qui secoue la Guinée-Bissau depuis la destitution en août 2015, par le président Vaz, de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira.

Le secrétaire général de l’ONU appelle les protagonistes de la crise politique en Guinée-Bissau à "agir de manière responsable, s'abstenir de toute violence et éviter une escalade".

Dans le texte, M. Ban rappelle que la crise "affecte gravement le fonctionnement des institutions du pays et risque de nuire à son développement socio-économique".

Il "salue le professionnalisme des forces armées nationales dans l'accomplissement de leur devoir et leur demande instamment de continuer à agir de manière responsable".

Deux semaines après la dissolution du gouvernement, le président José Mario Vaz a nommé Premier ministre jeudi Baciro Dja. Mais cette décision a été aussitôt contestée dans la rue par des militants du parti au pouvoir.

Cette ex-colonie portugaise traverse des turbulences politiques depuis la destitution en août 2015, par le président Vaz, de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira, une décision rejetée par le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert (PAIGC, au pouvoir).

Ces tensions inquiètent la communauté internationale car la Guinée-Bissau a connu depuis son indépendance en 1974 des tentatives de coups d'Etat militaires à répétition.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG