Liens d'accessibilité

Guinée : le gouvernement enquête...l'opposition s'inquiète


Une vue du quartier de Bambeto, à Conakry (Nov 2010)

Une vue du quartier de Bambeto, à Conakry (Nov 2010)

Du côté du gouvernement, les responsables restent très discrets pendant que l'Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) accuse les autorités de prendre l’opposition pour cible.

L’opposition guinéenne se dit victime d’actes répressifs de la part du gouvernement, suite à l’attaque contre le président Alpha Condé. Dans une note circulée sur Internet, le parti Union des Forces Démocratiques de Guinée –dont le leader Cellou Dalein Diallo avait déploré et condamné mardi l’attaque contre la résidence privée de M. Condé-- accuse maintenant les autorités de prendre l’opposition pour cible.

Selon la note publiée mercredi matin, un commando militaire aurait débarqué au domicile du vice Président de l'UFDG, BAH Oury, et mis à sac sa maison avant d'emporter avec eux des biens matériels et deux voitures. Quid de Monsieur BAH Oury? Ses confrères de l’opposition s’inquiètent. Ecoutez Mouctar Diallo, leader du parti Nouvelles Forces Démocratiques.

Selon l’Agence France Presse, Trente-sept militaires ont été arrêtés en Guinée depuis l'attaque de soldats commise mardi contre le domicile du président Alpha Condé à Conakry.

Ces militaires arrêtés seraient pour la plupart des proches de l'ancien président du régime de transition, le général Sékouba Konaté, ainsi que de l'ancien chef de la junte militaire, Moussa Dadis Camara, qui avait dirigé la Guinée de fin 2008 à fin 2009.

Du côté du gouvernement, les responsables restent très discrets. La VOA a pu quand même joindre le ministre délégué à la défense, Abdoul Kabélé Camara. Ecoutez ses explications, au micro de Nicolas Pinault.

Nous avons aussi parlé au porte-parole du gouvernement guinéen, Dirius Doré.



XS
SM
MD
LG