Liens d'accessibilité

La Guinée et les violences ethniques


Les policiers patrouillent dans les rues de Conakry

Les policiers patrouillent dans les rues de Conakry

Alors que la Côte-d’Ivoire doit voter ce 31 octobre, la Guinée devra attendre encore une semaine. Mais l'élection du 7 novembre pourrait ne pas tout résoudre selon Aliou Barry, défenseur des droits de l'homme.

En Guinée, on aurait pu voter ce dimanche comme le proposait la CENI mais le second tour de la présidentielle aura lieu en principe le 7 novembre prochain.

Face a ce nouveau calendrier, la France a appelé les deux candidats, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, « à agir de manière responsable, à respecter et à mettre en œuvre les engagements » pris pour une élection apaisée explique le Quai d’Orsay

La Voix de l'Amérique vous propose d’écouter ce témoignage d’Aliou Barry.

Le président de l’Observatoire national de la démocratie et des droits de l'Homme avait été violenté par des éléments de la garde présidentielle

Il est actuellement soigné à Paris après avoir notamment reçu une balle dans le pied. Il souffre aussi de contusions et d’un bras cassé.

« Je suis inquiet car le second tour va se dérouler dans un contexte de tensions ethniques », explique-t-il

« Tout est fait pour que ce soit Alpha Condé qui remporte l'élection, c'est pourquoi on s'attaque aux Peuls », assure le défenseur des droits de l'homme.

XS
SM
MD
LG