Liens d'accessibilité

Guinée : c’est toujours l’impasse au sujet de la Céni


Les candidats Alpha Condé (à gauche et Cellou Dalein Diallo (à droite), entourant le médiateur Blaise Compaoré

Les candidats Alpha Condé (à gauche et Cellou Dalein Diallo (à droite), entourant le médiateur Blaise Compaoré

L'UFDG de Cellou Dalein Diallo veut un nouveau président de la Céni et le RPG d'Alpha Condé dit niet. Le président intérimaire Sékouba Konaté va devoir intervenir

En Guinée, l’annonce par les autorités guinéennes de la date du second tour de l’élection présidentielle, attendue depuis environ 4 mois et fixée au 24 octobre, n’a apaisé les esprits.

Les deux camps sont à couteaux tirés au sujet de la présidence de la Commission électorale nationale indépendante, occupée actuellement par Louncény Camara, remplaçant Feu Ben Sékou Sylla. Le camp du candidat Cellou Dalein Diallo, l’Union des forces démocratiques de Guinée reste fermement campée sur ses positions : elle souhaite que le président de la transition Sékouba Konaté intervienne pour qu’il soit procédé à l’élection d’un nouveau président à la tête de la Ceni. Pour le vice-président de l’UFDG, Amadou Oury Bah, «il s’agit de trouver une personnalité neutre, consensuelle, pour présider la Ceni, pour nous permettre de sortir du blocage actuel. »

Le directeur adjoint de campagne du candidat Alpha Congé, Kiry Bangoura estime pour sa part, qu’il n’est nullement question d’élire un nouveau un président à la tête de la Céni. Le décret présidentiel d’hier publié mardi, fixant la date du second tour au 24 octobre, sous-entend forcément, dit-il, la reconnaissance de Loucény Camara à la tête de la Commission électorale guinéenne.

XS
SM
MD
LG