Liens d'accessibilité

Le groupe jihadiste Etat islamique revendique un attentat suicide meurtrier visant des Kurdes en Syrie


Des Syriens s'entraînent au maniement d'armes dans le nord de la Syrie, le 21 mai 2016.

Des Syriens s'entraînent au maniement d'armes dans le nord de la Syrie, le 21 mai 2016.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué mercredi un attentat suicide qui a fait 16 morts la veille dans un quartier kurde de Hassaké, une ville du nord-est de la Syrie, à la veille des célébrations de l'Aïd al-Fitr marquant la fin du ramadan.

Mardi soir, 16 personnes ont été tuées et 40 blessées lorsqu'un kamikaze à moto s'est fait exploser devant une boulangerie du quartier kurde de Salihiye, juste avant l'heure de la rupture du jeûne au dernier jour du ramadan, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le kamikaze muni "d'une ceinture explosive", s'est infiltré au sein d'un groupe de kurdes "près du rond-point de Salihiye pour faire exploser sa ceinture au milieu de la foule", selon un communiqué de l'EI relayé sur les réseaux sociaux.

La majorité de la province de Hassaké est contrôlée par les forces kurdes, qui y ont établi une "administration autonome", mais le contrôle de la ville éponyme est partagé entre Kurdes et régime syrien.

Les combattants kurdes sont à la pointe du combat contre l'EI et ont remporté plusieurs victoires dans le nord et l'est du pays mais les jihadistes ont répliqué par une série d'attaques suicide.

L'attentat de mardi coïncidait avec la fin du mois sacré du ramadan.

Selon le correspondant de l'AFP, un climat tendu règne depuis deux jours dans la ville après des combats entre les forces du régime et les forces kurdes.

Déclenchée en 2011, la révolte en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad s'est transformée en guerre dévastatrice dans laquelle sont maintenant impliqués un multitude d'acteurs locaux, régionaux et internationaux.

En cinq ans, le conflit a fait plus de 280.000 morts et des millions de déplacés.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG