Liens d'accessibilité

Etats-Unis : le projet controversé de centre islamique à Manhattan franchit une étape-clé


La «Landmarks Preservation Commission », une agence de la ville de New York chargée de la préservation du patrimoine, a levé, mardi, un obstacle majeur à la construction du centre islamique dans Manhattan.

La «Landmarks Preservation Commission », une agence de la ville de New York chargée de la préservation du patrimoine, a levé, mardi, un obstacle majeur à la construction du centre islamique dans Manhattan. Ce complexe de 13 étages doit être érigé à deux pas du site où s’élevaient les tours jumelles du World Trade Center détruites lors des attentats terroristes du 11 septembre 2001 ; ce qui suscite une vive controverse.

Ce projet prévoit notamment une mosquée, une piscine et un gymnase entre autres. Le coût est chiffré à une centaine de millions de dollars.

A l’unanimité, les membres de la commission ont décidé de retirer de la liste des monuments historiques le bâtiment qui occupe actuellement le site retenu, ouvrant ainsi la voie à sa démolition. Si la décision a été saluée par certains, elle a également suscité de vives réactions chez les adversaires du projet, qui le considèrent comme une insulte à la mémoire des quelques 3.000 victimes des attentats de 2001.

« Ce projet a provoqué une énorme douleur aux familles des victimes du 11 septembre, et aux Américains, parce que ces familles ont souffert pour nous. Et donc, si le but était de guérir ces plaies, l’opposé s’est produit. Pourquoi ne pas retirer la mosquée et construire simplement un centre communautaire ? » a fait valoir Pamela Geller, qui dirige un groupe opposé au projet, et qui comprend des familles de victimes des attentats de 2001.

Par contre, les partisans du centre islamique font valoir qu’il sera ouvert à tous les New Yorkais. Un autre groupe de familles de victimes des attentats du 11 septembre ont publié une déclaration de soutien au centre. « Nous représentons vraiment la paix, et la paix est ce qui importe le plus », fait valoir Daisy Khan, en ajoutant que la construction symbolique du complexe à deux pas des anciennes tours jumelles facilitera au contraire le processus de réconciliation.

S’exprimant en compagnie d’une dizaine de religieux de diverses confessions, le maire de New York, Michael Bloomberg, s’est félicité de la décision de la commission de préservation du patrimoine. « J’espère que la mosquée aidera a rapprocher nos habitants, et aidera à répudier l'idée fausse et répugnante selon laquelle les attaques du 11 septembre étaient conformes a l'Islam. Les Musulmans font autant partie de notre ville et de notre pays que les gens d’autres confessions » a déclaré M. Bloomberg.

XS
SM
MD
LG