Liens d'accessibilité

Grippe aviaire H7N9 : cri d’alarme de l’OMS


La Chine sur pied d'alerte pour juguler le virus H7N9 de la grippe aviaire, exceptionnellement mortel

La Chine sur pied d'alerte pour juguler le virus H7N9 de la grippe aviaire, exceptionnellement mortel

Un haut responsable de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un cri d’alarme concernant la nouvelle souche de la grippe aviaire qui a déjà fait 22 personnes morts en Chine et s’est propagée à travers sept provinces et municipalités.

Keiji Fukuda a déclaré mercredi que la souche H7N9 est un « virus particulièrement dangereux pour les êtres humains ».

Toujours selon le responsable de l'OMS, " Il y a quelques autres exemples d'autres virus de la grippe qui sont très dangereux pour l'homme, vous savez, je pense que la grippe aviaire H5N1 est l'un des exemples les plus célèbres du danger présenté par un virus de la grippe pour les personnes en termes de risque de mortalité ». Mais selon M. Fukuda, le nouveau virus semble être parmi les plus meurtriers jamais vus jusqu'ici.

On commence à peine à connaitre et évaluer le virus H7N9. Nous pourrions voir des infections plus sérieuses ou plus bénignes, a-t-il poursuivi. Certes on ne dispose pas encore de suffisamment de preuves pour prouver que le virus peut se propager facilement d'un être humain à l’autre. Mais il se transmet plus facilement de la volaille à l'homme que la souche la plus courante de la grippe aviaire, le H5N1.

Le Dr. Fukuda fait partie d'une équipe de l'OMS qui séjourne en Chine pour en apprendre davantage au sujet du virus H7N9, qui a infecté plus de 100 personnes dans ce pays.

Les autorités sanitaires chinoises et l'OMS précisent que les efforts pour comprendre cette nouvelle souche de la grippe aviaire sont encore à leurs débuts.
Les autorités chinoises cherchent à savoir si une exposition non protégée à long terme à une personne infectée - comme un membre d’une famille - pourrait entraîner la transmission de personne à personne.

Entre-temps, la Chine œuvre pour mettre au point un ou des vaccins et autres traitements contre le virus H7N9, dans le cadre d'un programme élargi pour lutter contre tout foyer potentiel. Des dizaines de milliers de poulets et autres oiseaux ont été tués, et de nombreux marchés de volailles fermés dans l'espoir d’enrayer la propagation de la maladie.

On considère que c’est la première fois que des êtres humains ont contracté le virus H7N9. Il n'existait auparavant que chez les oiseaux.

La Chine est considérée comme l'un des pays les plus à risque pour la grippe aviaire, car on y recense la plus grande quantité de volailles au monde et dans les zones rurales, les volailles côtoient les êtres humains au quotidien.
XS
SM
MD
LG