Liens d'accessibilité

Grève "illimitée" au Gabon chez la compagnie pétrolière française Maurel et Prom


La police arrête une femme après avoir dispersé une manifestation à Libreville, au Gabon, 15 août 2012 (Archives).

La police arrête une femme après avoir dispersé une manifestation à Libreville, au Gabon, 15 août 2012 (Archives).

Les salariés de la compagnie sont en "grève illimitée" à Port-Gentil au Gabon où les autorités ont mis les grévistes en garde dans un contexte post-électoral toujours tendu, a-t-on appris de sources concordantes.

Une majorité des quelque 300 salariés gabonais (329 fin 2015 selon la direction) est en grève illimitée depuis lundi, indique dans un communiqué l'Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP), qui affirme faire grève contre le licenciement de onze salariés et pour le respect "du régime de travail sur sites pétroliers".

Le mouvement est suivi à 75% sur la base et à 90% sur les sites pétroliers, ajoute un responsable de l'ONEP, Sylvain Mayabi-Binet, joint par l'AFP. L'ONEP veut maintenir la production à 5.000 barils de pétrole/jour - contre 28.000 habituellement - pour garantir la sécurité des installations, précise-t-il.

La direction de Maurel et Prom à Paris s'est refusée à tout commentaire.

Le ministre gabonais des Mines et du Pétrole, Etienne Dieudonné Ngoubou, a de son côté accusé les grévistes d'avoir eu recours aux "menaces et intimidations" envers leurs collègues qui voulaient poursuivre le travail.

Les grévistes "agissent au mépris de la loi et mettent en péril les installations de production et de transport des hydrocarbures", a ajouté le ministre dans un communiqué, s'engageant "à garantir la sécurité des investissements de la société Maurel et Prom ainsi que celle de ses employés".

L'ONEP accuse le directeur général de Maurel et Prom, Christophe Blanc, d'avoir "quitté la table des négociations": "ce ministre parle comme lui. Il veut redémarrer la production de force", d'après le représentant de l'ONEP.

Plus petit producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le Gabon se relève de violences post-électorales début septembre qui ont notamment touché la capitale économique du pays, Port-Gentil, à l'annonce de la réélection du président Ali Bongo Ondimba.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG