Liens d'accessibilité

La Grèce adopte de nouvelles mesures d’austérité


Des manifestants font flotter le drapeau grec devant le parlement, le 17 juin 2011

Des manifestants font flotter le drapeau grec devant le parlement, le 17 juin 2011

Avec l’approbation de la nouvelle série de mesures, la Grèce effectue un important pas vers l’obtention d’une tranche de 17 milliards de dollars de l’enveloppe de 156 milliards de dollars approuvée par le Fonds monétaire international et l’union européenne l’année dernière en sa faveur.

Le Parlement grec a approuvé par 155 voix contre 138 de nouvelles mesures d’austérité devant lui permettre d’obtenir l’aide financière internationale dont la Grèce a besoin pour faire face à une écrasante dette.

Le Premier ministre socialiste George Papandreou a obtenu le vote de son plan de 40 milliards de dollars, qui inclut l’augmentation des taxes, la réduction des dépenses publiques et la privatisation des biens de l’Etat. Pendant que les parlementaires se penchaient sur ce plan, des milliers de Grecs qui y sont opposés affrontaient des policiers pour la deuxième journée consécutive devant le siège du Parlement, dans le centre d’Athènes. La police a eu recours au gaz lacrymogène pour les disperser.

Avec l’approbation de la nouvelle série de mesures, la Grèce effectue un important pas vers l’obtention d’une tranche de 17 milliards de dollars de l’enveloppe de 156 milliards de dollars approuvée par le Fonds monétaire international et l’union européenne l’année dernière en sa faveur.

Le premier ministre grec George Papandreou

Le premier ministre grec George Papandreou

A défaut d’une telle aide, la Grèce serait en cessation de paiement d’ici juillet, ce qui aurait des effets catastrophiques sur les marchés financiers européens et mondiaux. Le Premier ministre Papandréou avait lancé un appel de dernière minute, implorant les législateurs de tout faire pour éviter une telle situation.

Ces derniers voteront jeudi les détails du plan d’austérité. Certains des législateurs ayant voté pour le plan général pourraient rejeter certains points du plan.

Les leaders européens se félicitent du vote du Parlement grec, estimant qu’il s’agissait d’un vote « de responsabilité nationale ».

Les travailleurs grecs observaient, mercredi, la deuxième journée d’une grève générale de 46 heures qui a presque paralysé le pays.

XS
SM
MD
LG