Liens d'accessibilité

Grèce : deux migrantes affirment avoir été séparées de leurs enfants en mer


Réfugiés recueilli par un catamaran après avoir traversé une partie de la mer Égée entre la Turquie et l'île grecque de Lesbos, le 30 Octobre 2015. (Photo REUTERS/Giorgos Moutafis)

Réfugiés recueilli par un catamaran après avoir traversé une partie de la mer Égée entre la Turquie et l'île grecque de Lesbos, le 30 Octobre 2015. (Photo REUTERS/Giorgos Moutafis)

Deux Syriennes ont affirmé jeudi à leur arrivée à Lesbos en provenance des côtes turques avoir été séparées de leurs enfants, ramenés en Turquie par les gardes côtes.

Le représentant du HCR à Lesbos, Boris Cheshirkov, a confirmé à l'AFP "avoir été informé d'un incident en mer ayant conduit à la séparation d'une famille". Les procédures ont été lancées pour permettre sa réunification, a-t-il indiqué.

Il s'agit de la famille Sidour, dont cinq enfants de 7 à 14 ans ont été séparés de leur mère, Deniz, et de leur grand frère, Omar, 20 ans, a indiqué à l'AFP Zoé Livaditis, de la branche grecque de la Croix-Rouge. "Un contact a pu être établi avec leur oncle, resté avec les enfants, qui a indiqué qu'ils étaient tous conduits vers un camp en Turquie", a-t-elle précisé.

Le deuxième cas concerne "deux petits enfants" aux âges non précisés, dont la mère, enceinte, prénommée Bahar, a été hospitalisée après son arrivée à Lesbos avec son mari. Son témoignage est en cours de vérification, pour lancer là aussi si nécessaire les procédures requises de regroupement, a ajouté Mme Livaditis.

Si les parents demandent l'asile en Grèce, les organismes internationaux compétents doivent en principe ramener les enfants en Grèce.

Selon le récit fait par ces deux femmes aux médias, le bateau qui les transportait a été intercepté dans les eaux turques par les gardes côtes turcs, qui ont commencé à embarquer des passagers, dont leurs enfants, dans le but de les ramener côté turc.

Mais le pilote du bateau de migrants a soudain poussé les gaz pour échapper aux policiers turcs, séparant de fait les familles.

Le bateau de migrants a ensuite été intercepté en mer par la police portuaire grecque, qui l'a conduit au port de Mytilène, chef-lieu de Lesbos.

Selon le HCR en Grèce, les séparations de familles ne sont pas rares dans l'actuel périple migratoire, tant dans la panique du départ des côtes turques que dans les aléas de la route empruntée ensuite vers l'Europe du nord.

Selon l'agence de coordination policière Europol, plus de 10.000 enfants migrants non accompagnés ont disparu en Europe depuis janvier 2014 après avoir été enregistrés à leur arrivée.

Avec Afp

XS
SM
MD
LG