Liens d'accessibilité

Les grands absents des JO 2016 : Isinbayeva et Stepanova recalées, Federer blessé


Le Suisse Roger Federer à terre lors d'un match lors de Wimbledon à London, le 8 juillet 2016.

Le Suisse Roger Federer à terre lors d'un match lors de Wimbledon à London, le 8 juillet 2016.

Les jeux Olympiques de Rio s'ouvriront vendredi avec une délégation russe privée - au moins - de plus d'une centaine de représentants, Yelena Isinbayeva en tête, après la révélation d'un système de dopage d'Etat dans le pays, mais également sans Roger Federer ni les grands noms du golf mondial.

Isinbayeva, le rêve de triplé envolé

Sacrée en 2004 et 2008, la "tsarine" de la perche rêvait, à 34 ans, de conclure sa carrière en apothéose par un troisième titre olympique. Mais le scandale de dopage qui a d'abord éclaboussé l'athlétisme puis l'ensemble du sport russe quand le rapport McLaren publié mi-juillet a établi l'existence d'un "dopage d'Etat" dans le pays a eu raison de ses espoirs dorés. Tout comme de ceux des champions du monde 2015 Sergey Shubenkov (110 m haies) et Maria Kuchina (hauteur).

La Fédération russe d'athlétisme (Araf) étant suspendue par la Fédération internationale (IAAF), aucun athlète russe ne fera le voyage à Rio, à l'exception de Darya Klishina (longueur), rescapée car basée en Floride.

Kendra Harrison n'y sera pas non plus. Pas de problème de dopage pour l'Américaine, qui vient de faire tomber un des plus vieux records du monde de l'histoire, sur 100 m haies: elle a juste échoué à se qualifier lors des impitoyables sélections US.

Natation, aviron, canoë-kayak... : la Russie affaiblie

Outre l'athlétisme, les nageurs Vladimir Morozov et Youlia Efimova, médaillés de bronze aux JO-2012, ont été écartés par leur fédération internationale, mais le Tribunal arbitral du sport (TAS) doit encore se prononcer sur leur appel.

A quatre jours de la cérémonie d'ouverture, c'est près d'un tiers de la délégation russe (117 selon un décompte de l'AFP) qui a été recalé. Et ce n'est peut-être pas fini, puisque certaines fédérations n'ont pas encore rendu leur verdict, et que le Comité international olympique aura le dernier mot sur la liste des engagés.

Stepanova, route barrée par le CIO

Elle est celle à l'origine des révélations sur le système de dopage organisé en Russie. Un rôle de lanceuse d'alerte qui a valu à Yuliya Stepanova d'être repêchée par l'IAAF dans un premier temps. Mais le CIO a finalement interdit à la spécialiste du 800 m de concourir sur la piste carioca, en raison d'un contrôle positif remontant à 2013.

Federer trahi par son physique

Alors qu'il pensait fêter ses 35 ans à Rio, Roger Federer a dû faire une croix sur le tournoi olympique, toujours gêné au genou dont il a été opéré en début d'année. Le Suisse aux 17 titres du Grand Chelem a même décidé de tirer un trait sur sa saison 2016, largement perturbée par les blessures (genou, dos). A Londres il y a quatre ans, il avait buté sur la dernière marche face à Andy Murray. Le sacre olympique en individuel reste donc le seul qui échappe à son immense palmarès.

Le golf mondial craint Zika

De retour au programme olympique après 112 ans d'absence, le golf est victime du virus Zika. Six des dix meilleurs joueurs de la planète, dont le Top 4 (Jason Day, Dustin Johnson, Jordan Spieth et Rory McIlroy) ont choisi de ne pas faire le déplacement au Brésil, invoquant leur crainte face à la menace Zika.

Les stars NBA Curry et James font l'impasse

La longueur de la saison NBA a découragé certains des meilleurs basketteurs américains : Stephen Curry et LeBron James, mais également James Harden, Russell Westbrook, Kawhi Leonard, LaMarcus Aldridge, Chris Paul ou encore Blake Griffin ne feront pas partie de la "Team USA" lancée à la conquête d'un troisième sacre olympique consécutif.

Autre sport collectif, autre absence de marque : celle des handballeurs espagnols, vice-champions d'Europe en titre, qui ont trébuché lors du tournoi de qualification olympique début avril.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG