Liens d'accessibilité

Gilbert Diendéré appelle à un dialogue politique immédiat au Burkina Faso


Gilbert Diendéré, Ouagadougou, 10 décembre 2011.

Gilbert Diendéré, Ouagadougou, 10 décembre 2011.

Dans une interview exclusive à VOA Afrique, le nouvelle homme fort du pays affirme que Michel Kafando et Isaac Zida sont en lieu sûr et seront bientôt libérés.

Pourquoi avoir interrompu la transition ?

Gilbert Diendéré : "Ce mouvement fait suite à des problèmes que nous avons connu dans l'armée et dans le pays. Concernant l'armée, vous avez constaté un acharnement contre le régiment de sécurité présidentielle. Cela a été instrumentalisé pour créer une crise permanente au sein des forces de défense et de sécurité. Ce régiment a pratiquement été mis au banc des accusés. Cela a créé un sentiment de frustration au niveau des hommes."

Donc vous avez décidé de prendre le pouvoir contre votre ancien adjoint Isaac Zida.

Gilbert Diendéré : "Non, c'est pour dénoncer certaines actions. Nous avons publiquement fait des remarques mais on a eu l'impression que nous n'étions pas écoutés et que notre avis n'était pas pris en compte. Sur le plan politique, l'adoption de la loi électorale a aussi exclu certaines personnes des élections démocratiques qui arrivent."

Les elections du 11 octobre auront-elle lieu ?

Gilbert Diendéré : "Nous allons discuter de cette question avec les différents acteurs pour en voir la faisabilité et voir comment faire ces élections le plus rapidement possible. Nous allons faire des propositions et les différents acteurs décideront."

De nombreux Burkinabè sont dans la rue ou demandent le retour de Michel Kafando au pouvoir, que leur répondez-vous ?

Gilbert Diendéré : "C'est vrai, certains sont dans la rue mais nous discuterons avec tous et je pense que tout le monde ne nous tournera pas le dos. Ces consultations commencent immédiatement avec toute la classe politique et la communauté internationale.”

Où se trouvent Michel Kafando et Isaac Zida ?

Gilbert Diendéré : "Ils sont en lieu sûr, ils sont en bonne santé. Il n'y a aucun problème en ce qui les concerne. Leur libération ne serait tarder."

Avez-vous eu des contacts avec Blaise Compaoré depuis son départ du pouvoir ?

Gilbert Diendéré : "Depuis qu'il est parti, oui, nous avons eu des contacts. Mais pas ces derniers jours."

Est-il question d'un retour de Blaise Compaoré ?

Gilbert Diendéré : "Non, nous n'avons pas discuté de cela."

Propos recueillis par Idriss Fall

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG