Liens d'accessibilité

Ghana : les deux ex-détenus de Guantanamo ne cherchent pas à se venger


Guantanamo en 2013. (AP Photo/Charles Dharapak, File)

Guantanamo en 2013. (AP Photo/Charles Dharapak, File)

Alors que l'opinion publique ghanéenne est inquiète, les deux ex-détenus yéménites de Guantanamo, récemment transférés au Ghana, ont assuré lundi vouloir vivre une "vie normale".

Deux anciens détenus yéménites de la prison de Guantanamo, récemment transférés au Ghana, ont assuré vouloir vivre une vie "normale" et ne pas chercher à se "venger", dans leur premier entretien accordé lundi 11 janvier à une radio publique, Uniiq FM.

"Nous avons été détenus par erreur pendant 14 ans, sans aucun chef d'accusation contre nous", a déclaré Mahmud Umar Muhammad Bin Atef, l'un des deux anciens prisonniers. "Nous avons souffert, mais nous n'avons pas l'intention de nous venger", a-t-il ajouté.

Le Pentagone, qui a annoncé le 6 janvier le transfert de M. Bin Atef et de Khalid Muhammad Salih Al-Dhuby, a assuré que les deux hommes ne présentaient aucun danger pour le petit pays ouest-africain, mais qu'ils seraient tout de même surveillés. Cela n'a pas suffi à rassurer l'opinion publique ghanéenne.

Selon les Etats-Unis, M. Al-Dhuby, qui a vécu en Arabie saoudite, a "probablement" été membre d'Al-Qaïda et reçu un entraînement en Afghanistan.

M. Bin Atef était quant à lui un Taliban présumé, ayant combattu au sein de la 55e brigade arabe d'Oussama Ben Laden contre les forces de l'Otan, selon des éléments de leurs dossiers publiés par le New York Times.

Les détenus présentant le moins de risques, selon Mahama

"Nous n'appartenons à aucun groupe tel qu'Al-Qaïda ou autre", a insisté M. Bin Atef sur Uniiq FM.

"Nous sommes guéris. Nous voulons vivre une vie normale. Qu'Allah vous bénisse ainsi que le peuple du Ghana", a-t-il poursuivi.

Le président John Dramani Mahama a déclaré mardi que ces détenus étaient ceux de Guantanamao qui présentaient "le moins de risques" et qu'une enquête approfondie avait été menée avant d'accepter la requête de Washington demandant de les accueillir.

M. Mahama a ajouté que les informations selon lesquelles le Ghana aurait reçu 300 millions de dollars pour avoir accepté étaient "absolument fausses".

"Il n'y a eu aucune transaction financière et les Etats-Unis l'auraient d'ailleurs stipulé" si cela avait été le cas, a déclaré le président lors d'une conférence de presse à Accra.

Fans de football ghanéen

Les deux hommes ont déclaré être de grands fans du joueur de football ghanéen Asamoah Gyan, et avoir soutenu l'équipe nationale ghanéenne, les Blacks Stars, avec de nombreux autres détenus du centre de détention militaire américain à Cuba, lors du 8e de finale contre les Etats-Unis pendant la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.

"Quand le Ghana a battu les Etats-Unis, cela nous a rendu vraiment très heureux. Nous avons fait la fête. Nous avons même dit aux gardes que nous avions gagné", a raconté M. Bin Atef.

Le président américain Barack Obama, qui avait fait de la fermeture de la prison controversée une promesse phare dès son premier mandat, s'est résigné à signer fin novembre la grande loi de défense 2016 qui renouvelle en particulier l'interdiction de fermer Guantanamo.

MM. Bin Atef et Al-Dhuby font partie des 17 détenus considérés comme à faible risque dont le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a approuvé le transfert le mois dernier.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG