Liens d'accessibilité

Ghana : 2.800 médecins en grève pour des primes


Une patiente et sa garde attendent dans un hôpital à Accra, Ghana, 25 avril 2012.

Une patiente et sa garde attendent dans un hôpital à Accra, Ghana, 25 avril 2012.

Les Ghanéens sont depuis vendredi privés des soins d’urgence en raison de cette grève.

Les 2.800 médecins, tous du secteur public, ont annoncé vendredi qu'ils cessaient leur travail en service d'urgences.

"Au point où nous en sommes, il n'est pas question de retourner au travail. Nous devons nous attaquer aux problèmes" a dit à l'AFP le président de l'Association Médicale du Ghana (GLA), Justice Yankson.

La semaine dernière, environ 2.800 médecins du secteur public ont commencé à limiter leurs consultations. Mais leurs revendications n’ont pas été satisfaites.

Benjamin Essuman, porte-parole du Congrès National Démocratique (NDC), le parti au pouvoir, a prévenu que le président John Mahama "ne se laisserait pas intimider par des docteurs grévistes, en leur versant par exemple de l'argent non budgété, qui risquerait d'affaiblir l'économie".

Les médecins affirment, pour leur part, qu’ils ne revendiquent pas de hausse de salaire mais réclament des indemnités de logement, de carburant, des voitures de fonction pour les plus anciens, des heures supplémentaires revalorisées, un accès gratuit à une formation médicale supérieure, de meilleures retraites et une couverture maladie à l'étranger pour certains soins non assurés au Ghana.

Les représentants syndicaux n'ont pas donné de date limite à leur mouvement de grève qui devrait rapidement entraîner la fermeture de certains services d'urgences.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG