Liens d'accessibilité

Génocide Rwandais : le renvoi aux assises de deux anciens bourgmestres confirmé en France


Le président rwandais Paul Kagame fait un discours lors de la 20e commémoration du génocide, à Kigali, le 4 avril 2014.

Le président rwandais Paul Kagame fait un discours lors de la 20e commémoration du génocide, à Kigali, le 4 avril 2014.

Deux anciens bourgmestres rwandais accusés d'avoir participé au massacre de centaines de Tutsis seront jugés, selon une décision de la justice française qui a confirmé le renvoi aux assises.

L’AFP rappelle que Tito Barahira, 63 ans, et Octavien Ngenzi, 69 ans, qui sont poursuivis pour génocide et crimes contre l'humanité, contestaient ce renvoi aux assises.

Mais la Cour de Cassassion, la plus haute juridiction française, en a décidé autrement, ouvrant ainsi la voie au deuxième procès sur le génocide rwandais en France. Une décision dont se réjoui le Collectif des parties civiles pour le Rwanda.

Octavien Ngenzi avait été retrouvé à Mayotte en 2004 où, sous une fausse identité, il avait sollicité le statut de réfugié politique.

Tito Barahira, lui, a été interpellé en 2013 à Toulouse, où il s'était installé. La France n'a jamais extradé de génocidaire présumé vers le Rwanda.

Les Tutsis massacrés s’étaient refugies dans une Eglise de Kabarondo, dans l'est du Rwanda en 1994.

XS
SM
MD
LG