Liens d'accessibilité

Genève, théâtre d'un sommet sur la gestion des sècheresses


La gestion de la sècheresse doit commencer avant qu'elle ne frappe, estime la FAO

La gestion de la sècheresse doit commencer avant qu'elle ne frappe, estime la FAO

Le coût de la sècheresse est plus lourd que celui de n'importe quel autre hazard naturel, tels que les cyclones, inondations ou encore séismes, rappelle la FAO.


C’est ce qui explique la tenue en ce moment à Genève en Suisse d’une « Réunion de haut niveau sur les politiques nationales en matière de sécheresse ».

L'Organisation météorologique mondiale (OMM), la FAO et la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) ont retrouvé de nombreux partenaires pour discuter de l’impact des sècheresses et des moyens d’élaborer de meilleures politiques pour y répondre. Car les sècheresses ont des séquelles graves : déplacements de populations, dégâts aux zones agricoles, denrées alimentaires rares et chères, ressources en eau peu abondantes, sols érodés, bétail affaibli, conflits juridiques et sociaux. La politique de gestion de la sècheresse doit changer, fait valoir un expert en eau de la FAO, M. Mohamed Bazza.

« Au lieu de gérer la sècheresse en tant qu’une situation d’urgence ou on ne fait qu’apporter une aide aux populations qui en souffre au moment où la sécheresse est déjà là, il s’agit de planifier un programme d’action à l’avance » a déclaré M. Bazza.

Il y a toute une série de mesures à prendre, a poursuivi l’expert de la FAO, notamment grâce au service de surveillance de la sècheresse, qui permet d'intervenir bien à l’avance. En imposant des mesures avant, pendant et après une sècheresse, on peut contribuer au développement « parce que la réponse d’urgence qui est faite maintenant ne contribue pas au développement » dit M. Bazza. Par contre, la mise en place de politiques de gestion de la sècheresse permettrait de promouvoir un développement plus durable et plus soutenable.

Les experts réunis actuellement à Genève espèrent consacrer plusieurs jours à l’identification des défis à relever avant de présenter aux décideurs des mesures concrètes qui pourraient être adoptées pour éviter ou mitiger de nouvelles crises à l’avenir.
XS
SM
MD
LG