Liens d'accessibilité

Généralisation de l'enseignement du mandarin dans les écoles d'Afrique du Sud


Carte de l'Afrique à Shanghai à l'occasion d'une réunion de la Banque africaine de développement (REUTERS/ Aly Song)

Carte de l'Afrique à Shanghai à l'occasion d'une réunion de la Banque africaine de développement (REUTERS/ Aly Song)

L'Afrique du Sud va généraliser les cours de mandarin dès l'école primaire à partir de la rentrée prochaine, afin d'améliorer les relations avec l'un de ses principaux partenaires économiques

L'Afrique du Sud espère apprendre le mandarin "à autant de personnes qu'il sera pratiquement possible", a affirmé Elijah Mhlanga, porte-parole du ministère de l'Education primaire.

Le lancement des cours de mandarin, la langue la plus répandue en Chine, fait partie d'un accord ambitieux sur l'éducation entre l'Afrique du Sud et la première économie d'Asie. Celui-ci permettra à la Chine de former des centaines de professeurs sud-africains.

Trois centres culturels chinois, les "instituts Confucius", seront également construits en Afrique du Sud.

M. Mhlanga a précisé que ce programme, qui fait partie d'un plan de dix ans signé par le président sud-africain Jacob Zuma en décembre dernier, est déjà sur les rails.

"Il y a des professeurs qui voyagent en Chine pour leurs formations et la Chine va envoyer des professeurs dans notre pays", a expliqué le porte-parole, ajoutant que ce projet était financé par la Chine.

"Allez dans les écoles qui proposent déjà le mandarin et vous serez stupéfaits par le nombre d'enfants qui le parlent", a-t-il poursuivi.

La décision a suscité de vives critiques au sein de la SADTU, le puissant syndicat des enseignants sud-africains, qui a estimé que l'enseignement de cette langue équivalait à "une nouvelle forme de colonisation".

"Nous voulons rendre prioritaire l'apprentissage des langues africaines pour construire la cohésion sociale",a affirmé la secrétaire générale de la SADTU, Mugwena Maluleke.

"Avec l'omniprésence de la Chine dans toutes les sphères de la société africaine, il serait absurde que notre gouvernement n'arme pas sa population avec l'apprentissage du mandarin", nuance Paul Tembe, chercheur au centre des études chinoises de l'université de Stellenbosch (sud).

"Quand j'étais en Chine en 2004, les écoles apprenaient déjà aux élèves le swahili et le zoulou. C'était il y a plus de dix ans et les chinois ont déjà assimilé ces langues. L'Afrique du Sud est à la traîne", ajoute-t-il.

L'Afrique du Sud possède 11 langues officielles, mais l'anglais reste la langue véhiculaire du pays, notamment dans le business.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG