Liens d'accessibilité

Dès 7 ans, des élèves envoient des messages à caractère sexuel en Grande-Bretagne


Adolescents et cyber appatage

Adolescents et cyber appatage

Des professeurs britanniques rapportent que certains de leurs élèves, parfois âgés d'à peine sept ans, s'envoient ou partagent sur les réseaux sociaux des messages ou photos à caractère sexuel.

Selon ce sondage réalisé par le syndicat enseignant NASUWT auprès de 1.300 professeurs, 63% des sondés disent avoir dans leur classe des élèves âgés de 14 ans qui utilisent les réseaux sociaux pour envoyer des messages ou photos à caractère sexuel. Et 45% d'entre eux font état d'enfants de 13 ans s'adonnant à ces activités.

Un petit nombre, non précisé, de professeurs rapportent que certains de leurs élèves plus jeunes - âgés de sept, huit ou neuf ans - sont également concernés. Un quart des 1.300 professeurs évoquent pour leur part des enfants de 11 ans.

Plus de la moitié du panel affirment que certains enfants utilisent les réseaux sociaux pour envoyer des messages sexistes ou insultant à d'autres élèves. Le même nombre rapporte l'envoi de messages racistes.

Ce sondage révèle également que la moitié des professeurs interrogés ont découvert des commentaires négatifs ou insultant à son encontre, incluant de fausses accusations, postés par des élèves sur les réseaux sociaux.

Parmi les cas rapportés, certains se sont découverts grimés en "Jihadi John", le bourreau du groupe Etat islamique (EI), ou présentés en pédophile ou mari violent.

"Sur les trois années où le NASUWT a effectué ce sondage, la situation s'est détériorée", a déclaré Chris Keates, le secrétaire général du syndicat.

"Les abus sur internet ont un effet dévastateur sur la vie des professeurs et des élèves et pourtant aucune action sérieuse n'est prise par le gouvernement pour s'assurer que les écoles réagissent à ces abus de manière adéquate", a-t-il regretté.

Il a également jugé "inacceptable" la quantité d'insultes, de menaces ou de commentaires désobligeants proférés sur Internet par des parents d'élèves à l'encontre des professeurs.

Le ministère de l'Education a insisté sur le fait que les professeurs "avaient le droit de se sentir en sécurité" au travail.

"Nous voulons nous assurer que les jeunes gens sont conscients des risques et des dangers, notamment en envoyant des images inappropriées", a ajouté le ministère.

"La loi est également limpide sur le fait que les professeurs qui trouvent des images indécentes d'enfants doivent les signaler à la police", a-t-il rappelé.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG