Liens d'accessibilité

GB: Cameron au chevet des populations affectées par les inondations


Les services d'urgence au sec ours de la population affectee par les innovations a flooded sur une route a Tadcaster, au nord de l'Angleterre, decembre 27, 2015. REUTERS/Andrew Yates - RTX2060V

Les services d'urgence au sec ours de la population affectee par les innovations a flooded sur une route a Tadcaster, au nord de l'Angleterre, decembre 27, 2015. REUTERS/Andrew Yates - RTX2060V

Le Premier ministre David Cameron s'est rendu lundi dans le nord de l'Angleterre où des inondations "sans précédent" ont submergé les rues, entraîné l'évacuation de centaines de personnes et relancé le débat sur l'efficacité du dispositif de lutte contre les phénomènes météorologiques extrêmes

Le chef de l'exécutif britannique a rencontré dans la matinée des soldats mobilisés pour participer aux opérations d'évacuation et de protection des bâtiments à York, dans le comté du Yorkshire (nord), selon un tweet publié sur son compte personnel.

Ces inondations sont la conséquence de pluies diluviennes qui ont balayé la région ces derniers jours. Si la météo était plus clémente lundi, 18 alertes signalant des risques d'inondations sévères et dangereuses étaient toujours en vigueur, et la météorologie nationale a mis en garde contre de nouvelles averses prévues pour le milieu de la semaine.

Particulièrement touchée, la cité historique de York, située à la confluence des rivières Ouse et Foss, offrait un spectacle surprenant, avec des quartiers entiers parcourus par les eaux, des véhicules noyés sous les flots, et 500 bâtiments inondés.

Si le niveau de l'Ouse s'est stabilisé à quelque 5,2 mètres au dessus de la normale, "nous sommes toujours au milieu d'un événement majeur", a déclaré Charlie Croft, du conseil municipal, sur la BBC.

Dimanche, les habitants avaient passé la journée à installer des sacs de sable devant leurs maisons pour tenter de les protéger contre la furie des eaux.

"Cela fait 26 ans que je vis à York et je n'avais encore jamais vu la ville comme ça", a déclaré Michael Anderson, un résident.

- L'armée en renfort -

Pour aider les populations affectées par les inondations, le gouvernement a mobilisé 500 militaires, et 1.000 de plus pourraient intervenir si la situation venait à empirer.

Ces inondations ont ravivé le débat sur l'efficacité des mesures anti-inondations en Grande-Bretagne, pays insulaire où près d'un logement sur cinq est menacé par l'eau, selon l'Association des experts immobiliers.

Le nord-ouest de l'Angleterre avait déjà été touché début décembre par de fortes inondations qui avaient causé des centaines de millions d'euros de dégâts.

Et lors de l'hiver 2013-14, des milliers d'habitations avaient été inondées dans le sud et l'ouest du pays à la suite de crues provoquées par des pluies historiques.

David Rooke, un haut responsable de l'Agence pour l'environnement britannique, un organisme gouvernemental, a appelé à "repenser complètement" le dispositif anti-inondations, tandis que l'opposition travailliste a accusé le gouvernement Cameron de vouloir tailler dans les fonds alloués à ces mesures.

- "Préparation inadéquate" -

"On aurait pu penser que Cameron aurait tiré les leçons des inondations de 2013-14. Apparemment non", a lancé un responsable du syndicat GMB, Justin Bowden.

Face aux critiques, le Premier ministre a annoncé que l'ensemble des mesures seraient réévaluées.

"Les barrages anti-inondations, permanents comme provisoires, ont joué un rôle clef, mais il est clair que dans certains cas, ils ont été dépassés, et nous devons voir s'il faut faire quelque chose de plus", a-t-il déclaré dimanche, soulignant que les inondations des derniers jours avaient atteint un niveau "sans précédent".

Mais pour le quotidien The Guardian, "des discours creux ou même l'armée ne peuvent pas remplacer une politique cohérente sur la prévention des inondations".

"Le changement climatique et une préparation inadéquate", écrit le journal, "garantissent que les inondations deviendront une donnée péniblement régulière de la vie britannique dans l'avenir".

Avec AFP

XS
SM
MD
LG