Liens d'accessibilité

Gambie : appel à faire la lumière sur la mort d'un syndicaliste en prison


Le président gambien Yahya Jammeh à Abuja, le 27 février 2015. (AP Photo/Sunday Alamba, FILE)

Le président gambien Yahya Jammeh à Abuja, le 27 février 2015. (AP Photo/Sunday Alamba, FILE)

La Fédération internationale des travailleurs des transports appelle le président Jammeh à faire la lumière sur la mort en détention, le 21 février, d'un leader syndical gambien qui pourrait avoir été "torturé".

La Fédération internationale des travailleurs des transports (ITF) appelle le président Yahya Jammeh à faire la lumière sur la mort en détention, le 21 février, d'un leader syndical gambien.

Sheriff Diba, dirigeant du Syndicat national des transporteurs de Gambie, affilié à l'ITF, est décédé dans une clinique près de Banjul après, "selon certaines informations, avoir été maltraité et torturé alors qu'il était entre les mains de la NIA", les services de renseignements gambiens, écrit l'ITF, dont le siège est à Londres, dans une lettre envoyée vendredi à M. Jammeh.

L'organisation appelle le chef de l'Etat gambien à mettre en place "une commission nationale d'enquête, comprenant des membres du Syndicat national des transporteurs de Gambie, pour faire la lumière sur les circonstances exactes de la mort de Sheriff Diba".

Diba avait été évacué vers la clinique privée après un malaise survenu alors qu'il était, selon une source au sein de cet établissement et l'ITF, en garde à vue à Banjul avec huit autres membres de son syndicat. La date de leur arrestation n'a pas été précisée.

"Sheriff Diba est mort trente minutes après son arrivée à la clinique. Il était en compagnie d'un policier et de membres de sa famille et respirait difficilement. Les médecins ont vainement tenté de le réanimer", a affirmé à l'AFP une source au sein de la clinique.

Le syndicaliste et les huit autres responsables avaient été présentés à un juge le 11 février et accusés de "crime économique", selon une source proche du dossier.

Le gouvernement gambien avait interdit le Syndicat national des transports de Gambie le 25 janvier, l'accusant de "prélèvement illégal", de 2006 à 2015, sur les transporteurs du pays.

Selon l'ITF, les syndicalistes ont réclamé ces dernières semaines une baisse du prix du carburant en Gambie.

Les huit autres responsables des transporteurs ont été libérés sous caution le 21 février, après la mort de Sheriff Diba, selon l'ITF et la source proche du dossier.

Parvenu au pouvoir par un coup d'Etat sans effusion de sang en 1994 puis élu en 1996, et réélu trois fois depuis, M. Jammeh dirige d'une main de fer la Gambie, petit Etat anglophone d'Afrique de l'Ouest enclavé dans le territoire du Sénégal, hormis sa façade atlantique.

AFP

XS
SM
MD
LG