Liens d'accessibilité

Gambie : 27 fonctionnaires, dont des responsables gouvernementaux, licenciés pour malversations


 Yahya Jammeh, Abuja, Nigeria, le 16 décembre 2015. (REUTERS/Afolabi Sotunde )2015.

Yahya Jammeh, Abuja, Nigeria, le 16 décembre 2015. (REUTERS/Afolabi Sotunde )2015.

Le président gambien Yahya Jammeh a annoncé le licenciement de 27 fonctionnaires, dont des responsables gouvernementaux, pour mauvaise utilisation des moyens de l'Etat, dans un communiqué diffusé par les médias publics.

Les 27 personnes concernées "ont vendu frauduleusement aux enchères 545 véhicules du gouvernement, une perte pour le pays", a expliqué le président Jammeh, cité dans ce communiqué lu d'abord mardi soir puis toute la journée de mercredi à l'antenne de la radio et télévision d'Etat.

Selon le communiqué, parmi les licenciés figurent des responsables des ministères du Pétrole, de l'Information, de l'Enseignement supérieur, des Finances, de la Pêche et des Affaires étrangères.

Tous font l'objet d'enquêtes, est-il indiqué, sans plus de détails sur leur sort. Des médias locaux ont indiqué qu'ils étaient en garde à vue ou entendus par l'Agence nationale du renseignement (NIA).

Yahya Jammeh a promis d'être sans merci à l'égard de ceux qui commettent des malversations en pensant agir en sa faveur en prévision de l'anniversaire de sa prise du pouvoir, en juillet, ou de l'élection présidentielle de décembre.

"Je vais les combattre en remuant ciel et terre" s'il le faut, selon les propos de M. Jammeh, "mon élection ne dépend de personne, mais de Dieu Tout-Puissant. Que personne ne me demande de leur pardonner, parce que je n'en ferai rien".

"Ceux (d'entre vous) qui pensent pouvoir se livrer à des actes de corruption, en pensant que je vous accorderai l'amnistie ou que je ne m'occuperai pas de vous parce que les célébrations du 22 juillet approchent ou parce qu'on est en année électorale, vous vous trompez", a-t-il averti.

Arrivé au pouvoir par un coup d'Etat sans effusion de sang le 22 juillet 1994, Yahya Jammeh a été ensuite élu en 1996, puis constamment réélu depuis. Il dirige d'une main de fer la Gambie, petit Etat anglophone d'Afrique de l'Ouest enclavé dans le territoire du Sénégal, hormis sa façade sur l'Atlantique.

Il est candidat au scrutin présidentiel de décembre.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG