Liens d'accessibilité

Gabon : un parti d'opposition appelle à faire barrage à la candidature d'Ali Bongo Ondimba


Le président Ali Bongo.

Le président Ali Bongo.

Le président de l'Union nationale (UN, opposition), Zacharie Myboto, a appelé jeudi ses partisans à faire barrage à la candidature du chef de l'Etat, Ali Bongo Ondimba, à la présidentielle prévue au second semestre 2016 au Gabon, en le qualifiant de "faussaire".

"En organisant un passage en force, M. Ali Bongo Ondimba invite à la division, à l'affrontement et à la violence", a affirmé devant la presse au siège du parti à Libreville M. Myboto, à propos de l'annonce lundi par le chef de l'Etat qu'il briguera un deuxième septennat.

L'opposant a une nouvelle fois accusé le président d'avoir présenté un faux acte de naissance, le qualifiant de "faussaire" et assurant qu'il était "disqualifié pour la course à la présidence de la République".

L'UN a été fondé par André Mba Obame, dernier ministre de l'Intérieur du défunt président Omar Bongo Ondimba, père de l'actuel chef de l'Etat élu après sa mort en 2009.

André Mba Obame, décédé en 2015, avait contesté la victoire d'Ali Bongo Ondimba, se proclamant vainqueur du scrutin, ce qui s'était soldé par la dissolution de l'UN, réautorisée depuis.

Dans la perspective de la présidentielle à venir, l'UN et d'autres formations d'opposition ont formé un "front uni" pour désigner un candidat unique face au président sortant.

Cette unité a volé en éclats avec l'annonce par Jean Ping, ancien président de la Commission de l'Union africaine et qui fut l'un des plus proches collaborateurs d'Omar Bongo Ondimba, de sa candidature contre l'avis d'une partie des membres du front.

M. Myboto a été pendant très longtemps ministre d'Omar Bongo. Il est par ailleurs le grand-père maternel d'Onaida Maisha Bongo Ondimba qui a porté plainte pour "faux et usage de faux" en France contre l'acte de naissance de l'actuel président, dans le cadre de la succession du défunt président.

Cette plainte a été classée sans suite. Onaida Maisha Bongo Ondimba, 25 ans, fille du défunt président, est l'une de ses 54 héritiers déclarés.

L'exécutrice testamentaire de l'héritage est la fille aînée d'Omar Bongo Ondimba, Pascaline, par ailleurs mère de deux enfants de M. Ping.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG