Liens d'accessibilité

La justice autorise la communication de l'état civil complet d’Ali Bongo


Le président gabonais Ali Bongo Ondimba

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba

Selon une décision de la justice française, l'état civil complet du président du Gabon devra être communiqué à une héritière de l'ex-président Omar Bongo Ondimba, rapporte l’avocat de cette dernière.

Joint par VOA Afrique, Me Eric Moutet estime que le juge "a donné raison" à sa cliente. “J’espère que cette décision judiciaire favorable sera le prélude d'une coopération efficace avec le notaire qui fait la sourde oreille depuis des mois", poursuit l’avocat.

L'acte de naissance du président gabonais est au cœur d'une vive controverse à Libreville, ses détracteurs l'accusant d'avoir menti sur ses origines ce qui pourrait l'empêcher de briguer un nouveau mandat en 2016.

Onaida Maisha Bongo Ondimba, 25 ans, fille du défunt président, avait saisi en référé le Tribunal de grande instance de Nantes après que le parquet local lui ait refusé la copie intégrale de l'acte de naissance de l'actuel chef de l'État gabonais Ali Bongo, le seul parmi les 54 héritiers déclarés d'Omar Bongo à ne pas avoir produit ce document, a souligné jeudi lors de l'audience l'avocat de la jeune femme, Éric Moutet.

Après une première citation en mars pour avoir délivrance de cet acte par le Service central d'état civil, service décentralisé du ministère des Affaires étrangères à Nantes, l'héritière d'Omar Bongo avait fait citer une nouvelle fois le 24 septembre le président gabonais, mais l'audience avait été renvoyée.

Le SCEC est compétent pour les actes de naissance de personnes nées en Afrique équatoriale française (AEF) jusqu'en 1960, date de l'accession de ces ex-colonies à l'indépendance. Or Ali Bongo Ondimba est officiellement né le 9 février 1959 à Brazzaville, capitale de l'AEF qui comprenait tout ou partie du Gabon, du Congo, du Tchad et de la République centrafricaine.

L'acte de naissance du président gabonais est au coeur d'une vive controverse à Libreville, ses détracteurs l'accusant d'avoir menti sur ses origines. Au Gabon il faut être né Gabonais pour briguer la présidence et le prochain scrutin présidentiel est prévu en 2016.

XS
SM
MD
LG