Liens d'accessibilité

Expulsion de plusieurs milliers d'orpailleurs du Gabon


Expulsion de plusieurs milliers d'orpailleurs du Gabon

Expulsion de plusieurs milliers d'orpailleurs du Gabon

Côté camerounais, le sous-préfet de Djoum, Jean-Lazare Ndongo Ndongo, affirme avoir recensé plusieurs dizaines de blessés à l’arme blanche et même deux morts, ce que dément le directeur technique de l'Agence nationale des parcs nationaux du Gabon.

Que s’est-il vraiment passé dans le parc national de Minkebe au Gabon? Début juin, les autorités gabonaises ont procédé à l’expulsion de milliers d’orpailleurs illégaux qui sévissaient dans le parc. Ce sont, pour la plupart, des ressortissants étrangers qui ont trouvé refuge au Cameroun voisin. Les expulsés disent avoir été victimes de violences de la part de l’armée gabonaise.

Forêt tropicale du Gabon

Forêt tropicale du Gabon

Côté camerounais, le sous-préfet de Djoum, Jean-Lazare Ndongo Ndongo, affirme avoir recensé plusieurs dizaines de blessés à l’arme blanche et même deux morts. M. Ndongo Ndongo précise que des gens sont arrivés dans de mauvaises conditions. "Ces gens ont parcouru 240 km à pied," dit-il, "après avoir été chassés manu militari." Sa mission première, ajoute le sous-préfet: les accueillir et les soigner.

Côté gabonais, en revanche, on dément toute violence. Selon Michael Fay, directeur technique de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon, l'opération de déguerpissement a réussi et s'est déroulée sans violence. Il affirme qu'il n'y a eu ni coups de feu, ni autres actes de violence, et les orpailleurs avaient le loisir d'emporter ce qu'ils voulaient. Interrogé sur un retour éventuel des orpailleurs, M. Fay a été catégorique : les autorités vont sécuriser la zone. Des soldats sont déjà sur place, a-t-il dit, et donc il ne sera pas facile aux orpailleurs de revenir.

XS
SM
MD
LG