Liens d'accessibilité

Gabon : concertation société civile-partis politiques sur le processus électoral


Le président Ali Bongo. Son élection avait été vivement contestée par l'opposition

Le président Ali Bongo. Son élection avait été vivement contestée par l'opposition

Au terme de cette concertation, les parties se sont accordées sur les réformes nécessaires selon elles pour améliorer le processus électoral au Gabon, afin de le rendre plus transparent.

Une réunion de concertation a été organisée mercredi, à Libreville, par le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance (ROLBG), d’autres acteurs de la société civile et des partis politiques, dans le cadre du processus électoral gabonais.

Etaient présents à cette rencontre des représentants des ambassades des Etats Unis, de la France et de l’Union européenne.

Au terme de cette concertation, les parties se sont accordées sur les réformes nécessaires selon elles pour améliorer le processus électoral au Gabon, afin de le rendre plus transparent. Certaines de ces propositions de réformes sont notamment : ramener le mandat présidentiel à cinq ans renouvelable une seule fois, revenir aux élections à deux tours, réformer la cour constitutionnelle et mettre en place une Commission tripartite-- majorité, opposition, société civile-- chargée de la mise en œuvre de toutes les réformes et de revoir la liste électorale.

« Nous avons dit qu’il fallait nécessairement impliquer la société civile dans cette démarche; il fallait que cette liste électorale soit consultable sur Internet et qu’au niveau des bureaux de vote les instruments qui vont permettre de réduire de façon significative la fraude électorale soient installés », a expliqué le président du ROLBG, Georges Mpaga, qui cite, entre autres, le fax, Internet et le scannage des procès verbaux.

Georges Mpaga

Un reportage de Phal Mezui

XS
SM
MD
LG