Liens d'accessibilité

Gabon : la Commission électorale nationale en crise


André Mba Obame, l'un des leaders de l'opposition gabonaise

André Mba Obame, l'un des leaders de l'opposition gabonaise

La tenue des prochaines élections législatives gabonaises suppose la résolution préablable de certains problèmes d'organisation, en commençant par la crise qui sévit au sein de la Cenap

Le gouvernement compte organiser cette année des élections législatives, après la révision annuelle des listes électorales. Une crise interne sévit pourtant en ce moment au sein du bureau de la Commission nationale électorale électorale autonome et permanente (CENAP). Le président de la CENAP, René Aboghé Ella, a voulu faire remplacer son vice-président, Gabriel Ndzembi, issu de l’opposition, sans consulter les autres membres du bureau de la commission électorale qui n’ont pas hésité à qualifier son acte d’illégal.

Tout a commencé, explique le vice-président Gabriel Nzembi à la Voix de l’Amérique, quand le ministère de l’Intérieur a adressé au président René Aboghé Ella en avril 2011 une lettre dans laquelle il s’étonnait que M. Nzembi soit toujours en fonction, alors que le parti dont il est issu a été dissous. L’intéressé justifie la situation qui est la sienne en disant qu’il ne représente pas un parti au sein de la CENAP, mais plutôt l’ensemble de l’opposition qui l’a porté à cette fonction.

Le vice-président de la CENAP voit dans l’attitude de son supérieur hiérarchique, une manœuvre politique de René Aboghé Ella pour l’écarter et se donner les mains libres pour agir à sa guise, et se donner par la même occasion les moyens d’une organisation chaotique du scrutin législatif.

Il y a lieu d’ajouter que la question de la biométrie n’est pas non plus réglée. D’où le scepticisme de certains observateurs qui se demandent si les élections en question pourront se tenir dans les délais annoncés.

XS
SM
MD
LG