Liens d'accessibilité

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen


Photo de groupe des leaders du G20 à Séoul

Photo de groupe des leaders du G20 à Séoul

Le communiqué final de Séoul n’inclut pas une position concernant spécifiquement la monnaie chinoise – une des principales préoccupations des Etats-Unis – mais il dit que les pays émergeants peuvent prendre des mesures pour bloquer un afflux dangereux des capitaux étrangers s’ils font face une hausse des taux de change du fait de la faiblesse d’autres devises.

Le sommet du G20 a pris fin vendredi, à Séoul en Corée du Sud. Les leaders des vingt principales économies du monde ont convenu de déployer des efforts pour soumettre les taux de change de leurs monnaies aux lois du marché. Ils entendent aussi mettre en place un système d’identification des déséquilibres qui pourraient menacer la stabilité de l’économie mondiale.

Dans son discours de clôture, l’hôte du sommet, le président sud-coréen Lee Myung-Bak, a reconnu qu’il a été difficile de s’entendre sur les questions-clé, à savoir la politique monétaire et les déséquilibres commerciaux entre les principales économies du monde.

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen

Le sommet a obtenu d’importants résultats, le plus remarquable étant l’esprit de coopération internationale, a déclaré le président Lee ; un sentiment dont s’est fait l’écho David Cameron, le Premier ministre britannique. Le fait pour les leaders mondiaux de se réunir dans un même endroit les force à prendre des décisions pour aider le monde entier et non pas seulement les économies de leurs pays respectifs, a déclaré M. Cameron.

Les pays du G20 se sont engagés à ne pas recourir à des dévaluations artificielles de leurs monnaies. Ils ont aussi exhorté les économies les plus avancées à être vigilantes concernant une volatilité excessive et les mouvements financiers désordonnés.

Toutefois, ils ont rejeté l’idée, appuyée par les Etats-Unis et la Corée du Sud, d’objectifs chiffrés en matière de balances commerciales, une option à laquelle étaient notamment opposés la Chine, l’Allemagne et le Japon. Les pays du G20 vont plutôt confier à leurs ministres des Finances le soin de mettre en place un système permettant d’identifier des déséquilibres économiques dangereux.

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen

Le président Barack Obama a noté les récentes réformes du Fonds monétaire internationale et de la règlementation financière comme autant de succès majeurs. « Je trouve surprenant que la presse parle de conflit alors que le communiqué finale reflète en fait un consensus obtenu de haute lutte et à laquelle les 20 plus grandes économies du monde adhèrent », a déclaré le chef de l’exécutif américain. Certes, cet accord n’a pas pouvoir contraignant, mais il donne aux pays membres du G20 la latitude d’exercer des pressions sur ceux d’entre eux qui se livreraient à des pratiques déloyales, a souligné M. Obama.

Le communiqué final de Séoul n’inclut pas une position concernant spécifiquement la monnaie chinoise – une des principales préoccupations des Etats-Unis – mais il dit que les pays émergeants peuvent prendre des mesures pour bloquer un afflux dangereux des capitaux étrangers s’ils font face une hausse des taux de change du fait de la faiblesse d’autres devises.

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen

Sommet du G20 : l’esprit de coopération internationale réaffirmée selon le président sud-coréen

Pour Stephen Schwartz, économiste de la Banque d’investissement espagnole BBVA à Hong Kong, le consensus de Séoul constitue un résultat positif du sommet du G20 : « Ce consensus devrait aider à atténuer, pour un moment, la récente rhétorique et les tensions sur les questions monétaires et les déséquilibres commerciaux. Je dis bien ’’pour un moment’’ car tant que nous aurons ce déséquilibre dans la reprise économique mondiale, nous connaîtrons des tensions politiques périodiques en rapport avec l’élaboration des politiques économiques », a expliqué l’économiste de la Banque d’investissement espagnole BBVA à Hong Kong.

XS
SM
MD
LG