Liens d'accessibilité

Freetown, ville morte samedi


Un marché de Freetown, vide, du fait du verrouillage imposé sur le pays pendant trois jours par les autorités pour enrayer l'épidémie à virus Ebola

Un marché de Freetown, vide, du fait du verrouillage imposé sur le pays pendant trois jours par les autorités pour enrayer l'épidémie à virus Ebola

Au deuxième jour du verrouillage décrété par les autorités pour tenter d’enrayer l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola, le calme régnait à Freetown, les activités ayant cessé.

Des dizaines de milliers de travailleurs de la santé faisaient du porte à porte dans la capitale sierra-léonaise, et le reste du pays, pour expliquer aux habitants comment ils peuvent éviter de contracter le virus à Ebola, et pour recenser les malades qui n’auraient pas songé à se rendre signaler leur état ou se rendre aux centres de traitement.

Le président Ernest Bai Koroma demandé à tous les Sierra-Léonais de rester chez eux pendant trois jours à partir de vendredi, expliquant dans un discours télévisé que « des temps extraordinaires nécessitent des mesures extraordinaires ». Mais certains critiques affirment que la mesure pourrait s’avérer inefficace, en encourageant certains malades à se cacher encore mieux.

S’inquiétant du fait que malgré tous les efforts des pays concernés et de la communauté internationale, « la maladie se propage plus rapidement que la réponse », le Secrétaire général des Nations Unies (ONU), Ban Ki-moon, a annoncé jeudi la création d'une unité spéciale sanitaire pour gérer la crise, dont le siège sera installé au Ghana. Intitulée la Mission des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER), elle aura cinq priorités : enrayer l'épidémie, traiter les personnes infectées, assurer les services essentiels, préserver la stabilité et empêcher de nouvelles épidémies.

L’UNMEER travaillera en étroite collaboration avec les États membres de l’ONU, les organisations régionales, la société civile et le secteur privé, a dit M. Ban.

Le virus Ebola a officiellement coûté la vie à plus de 2.600 personnes en Afrique de l'Ouest depuis le début de l’année. On a signalé officiellement plus de 5.500 cas, selon la directrice de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan.

En Guinée, des villageois du sud-est du pays ont tué cette semaine huit personnes qui faisaient partie d'une délégation de sensibilisation sur le virus à Ebola. Les autorités ont procédé à au moins six arrestations en rapport avec l’attaque, survenue mardi dans le village de Womé.

La lutte régionale contre l’Ebola est entravée par les superstitions, la désinformation au sujet de la maladie, et les craintes, fondées ou infondées, des populations qui fréquemment ne font pas confiance aux autorités.

Le virus à Ebola se transmet par contact avec les fluides corporels d'une personne infectée, et se caractérise par de la fièvre, des vomissements, de la diarrhée et des saignements à travers les ouvertures du corps, y compris les yeux et les oreilles.

Par ailleurs, l’ambassade des Etats-Unis au Liberia a annoncé l’arrivée à Monrovia d’un avion C-17, chargé d’une première cargaison de matériel et de personnel. Le président Barack Obama a promis une aide à l’Afrique de l’Ouest pour lutter contre le virus à Ebola, qui comprend, entre autre, du ravitaillement, du matériel et le déploiement de 3.000 militaires sur le terrain.

XS
SM
MD
LG