Liens d'accessibilité

Le HCR veut des "clarifications" sur les mineurs suite au démantèlement de la "jungle"


File d'attente de migrants quittant la jungle à Calais le 26 octobre 2016.

File d'attente de migrants quittant la jungle à Calais le 26 octobre 2016.

Le Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies souhaite "plus de clarifications" sur la façon dont est déterminé l'âge des migrants acceptés dans le dispositif "mineurs" du démantèlement de la "Jungle" de Calais.

"Une évaluation initiale de l'âge semble avoir été faite de manière rapide, basée uniquement sur des caractéristiques faciales", a affirmé la porte-parole du HCR à Paris, Céline Schmitt, en jugeant "inadéquat" le système mis en place par les autorités françaises et britanniques pour faire le tri entre les migrants dans le cadre de l'opération d'évacuation du camp.

"Nous sollicitons plus de clarifications de la part des autorités respectives sur la méthode utilisée pour déterminer l'âge" et "la façon dont cela peut être fait au mieux", a-t-elle réclamé.

Le HCR souhaite aussi savoir "quelles sont les garanties mises en place", y compris "les possibilités d'appel" et "quelles sont les autorités et les professionnels qui sont habilités à référer un enfant pour une évaluation de l'âge".

En général, l'évaluation de l'âge des enfants est utilisée "en dernier recours" et "en cas de doute sérieux". Ce critère doit être "partie intégrante d'une évaluation globale" qui prend en considération "à la fois l'apparence physique et la maturité psychologique de l'individu" et soit menée "dans un endroit sûr, de façon respectueuse du genre et dans le respect de la dignité humaine".

"La marge d'appréciation inhérente à toutes les méthodes d'évaluation de l'âge doit être appliquée de sorte que, en cas de doute, l'individu soit considéré un enfant", ajoute-t-elle.

Mardi, Médecins sans frontières (MSF) et Médecins du Monde avaient dénoncé une sélection "au faciès" des mineurs à leur entrée dans le dispositif d'évacuation de la "jungle" de Calais, et MSF avait cessé de les orienter vers ce dispositif.

Mercredi matin, près de 200 personnes attendaient dans la file "mineurs" mise en place devant le hangar servant de point névralgique pour l'évacuation de la "jungle" de Calais, et un système de filtres avait été mis en place à l'entrée et à l'intérieur du bâtiment pour déterminer l'âge de ces migrants.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG