Liens d'accessibilité

Les Pokémon indésirables dans le célèbre ossuaire des soldats de Verdun


Pokémon Go

Pokémon Go

L'arène de Pokémon située dans le célèbre ossuaire de Douaumont, dans l'est de la France, a été supprimée du jeu, a annoncé la direction du monument érigé en hommage aux soldats tués lors d'une des principales batailles de la première guerre mondiale.

Début août, le directeur du site, Olivier Gérard, s'était étonné avec son équipe de voir des visiteurs le nez collé sur leur téléphone. Jusqu'à ce que des joueurs lui expliquent que l'imposant bâtiment était transformé en arène, soit un lieu où les dresseurs de Pokémon peuvent faire s'affronter leurs équipes. Il avait alors assuré qu'il allait tout faire pour que cette arène disparaisse.

C'est chose faite depuis samedi, a fait savoir Elodie Farcage, chargée de la communication de l'ossuaire.

Vendredi dernier, le directeur a rempli le formulaire conçu spécialement par le développeur de Pokémon Go, Niantic, et disponible sur son site internet pour demander la suppression d'arènes et de Pokéstops -- --où les joueurs peuvent récupérer créatures et objets virtuels sur leur téléphone portable-- gênants.

L'ossuaire abrite les restes de 130.000 soldats inconnus français et allemands tués durant la bataille de Verdun (1916), ainsi que la plaque en souvenir de la fameuse poignée de main entre le chef d'Etat allemand Helmut Kohl et son homologue français François Mitterrand en 1984.

Juste devant le bâtiment, s'étend la nécropole de Douaumont, où reposent plus de 16.000 soldats français. Là, l'Office national des Anciens combattants et victimes de guerre (Onac) entend aussi "faire le nécessaire" pour chasser les Pokémon, ainsi que les Pokéstops situés au niveau des monuments en hommage aux soldats musulmans et israélites.

Quant au village détruit de Fleury-devant-Douaumont, à quelques km de là, oùune arène est apparue sur le monument aux fusillés, son maire a fait savoir à l'AFP qu'il devrait demander l'interdiction dans les 48H00.

Le Mémorial de Verdun lui n'a pas demandé d'interdiction du jeu sur son site. "Il y a une arène dans le musée, mais pas de réseau, donc les joueurs ne peuvent pas l'utiliser", explique une responsable du site.

Pokémon Go, une application de réalité augmentée, permet de capturer, d'entraîner, de faire évoluer ces petits personnages imaginés au Japon et de combattre avec des créatures virtuelles en se déplaçant dans le monde réel.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG