Liens d'accessibilité

France : les enquêteurs cherchent à identifier l'auteur de l'attaque jihadiste présumée contre un commissariat


La police française recourt à un robot pour inspecter le corps de l’homme abattu devant le commissariat de la police, à Paris, France, 7 janvier 2015

La police française recourt à un robot pour inspecter le corps de l’homme abattu devant le commissariat de la police, à Paris, France, 7 janvier 2015

Au lendemain d'un attentat jihadiste présumé contre un commissariat de Paris, dont l'assaillant a été abattu, les enquêteurs cherchaient vendredi à cerner son profil et son parcours alors que son identité avancée est mise en doute.

Interpellé pour une affaire de vol en 2013 dans le sud de la France, l'auteur s'était alors présenté à la police comme Sallah Ali, né en 1995 à Casablanca, au Maroc, et avait indiqué avoir séjourné notamment en Allemagne et Italie.

Mais cette identité est contredite par un papier manuscrit retrouvé sur lui sur lequel figurent une profession de foi musulmane, un drapeau du groupe Etat islamique dessiné, et son nom "où il se dit Tunisien et pas Marocain", a déclaré vendredi le procureur de Paris chargé de l'enquête, François Molins, à la radio France Inter.

"Je ne suis pas du tout certain que l'identité qu'il a donnée soit réelle (...) Il n'est pas connu sous ce nom-là par les services de renseignement (...) Il va falloir travailler, déterminer l'identité, puis travailler sur un téléphone qu'on a trouvé, qui est doté d'une puce allemande", a détaillé M. Molins.

Muni d'un hachoir de boucher et d'un dispositif explosif factice, l'assaillant s'était présenté jeudi matin devant un commissariat d'un quartier populaire du nord de la capitale. Il avait exhibé son arme et crié ‘Allah Akbar’ avant d'être abattu par les policiers en faction. Cette attaque est survenue un an jour pour jour après l'attentat jihadiste contre le magazine satirique Charlie Hebdo.

Motivations incertaines

Sur la revendication manuscrite en arabe retrouvée sur lui, l'homme fait allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l'EI, selon une source proche de l'enquête confiée à des magistrats antiterroristes. Il justifie son acte par une vengeance contre les "attaques en Syrie", d'après la même source.

Pour autant, "ce qui apparaît très clairement de ce qui est connu de cette personne, (c'est qu'elle) n'a aucun lien avec la radicalisation violente, aucun", a affirmé jeudi la ministre de la Justice Christiane Taubira.

L'attaque est survenue quelques minutes après un discours du président François Hollande devant un aréopage de policiers, gendarmes et militaires, demandant aux services de sécurité de mieux coopérer face au risque terroriste.

"La gravité de la menace exige de porter encore plus haut notre engagement", a lancé M. Hollande.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG