Liens d'accessibilité

La France débloque 360 millions d’euros pour le Mali


Un enfant pompe de l'eau dans le village de Kouroume, dans le nord du Mali, le 13 mai 2015. (Adama Diarra, Reuters)

Un enfant pompe de l'eau dans le village de Kouroume, dans le nord du Mali, le 13 mai 2015. (Adama Diarra, Reuters)

Cette aide française, a insisté François Hollande, "c'est le développement rural à Ségou, c'est la santé à Mopti, c'est l'éducation à Gao, c'est le développement local à Kidal".

La France "restera en première ligne" dans l'aide au Mali, a déclaré, jeudi 22 octobre, le président français François Hollande lors d'une conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali, au Centre de conférences de l'OCDE, à Paris.

Le chef de l’Etat français a répété l’annonce faite la veille à l’Elysée en compagnie de son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta : "Entre le 1er janvier 2015 et jusqu'en 2017, la France consacrera plus de 360 millions d'euros au développement du Mali, dont près de 80 millions d'euros pour les régions du Nord", a-t-il souligné. Quatre millions d'euros seront fournis dès 2015 pour renforcer la sécurité du Mali, a-t-il encore indiqué.

Cette aide française, a insisté François Hollande, "c'est le développement rural à Ségou, c'est la santé à Mopti, c'est l'éducation à Gao, c'est le développement local à Kidal".

"C'est un atout pour le Mali"

"Nous voulons intervenir sur tout le territoire, quand je veux dire intervenir, c'est à travers des politiques de développement et faire en sorte également que nous puissions mobiliser toute la diaspora malienne. C'est un atout pour le Mali", a-t-il poursuivi.

"Ce qui a été possible en à peine trois ans (...), trois ans pour passer de l'état de guerre à l'état de paix, trois ans pour vaincre le terrorisme qui allait envahir tout le pays, trois ans pour assurer une réconciliation, eh bien, ce qui a été possible pour le Mali doit être possible au-delà du Mali", a lancé aussi François Hollande, pour qui l'exemple malien constitue "un rayon de lumière que nous pouvons envoyer dans les pays qui sont aujourd'hui dans les ténèbres".

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, s'était exprimé auparavant, pour réaffirmer son attachement à l'accord de paix au Mali "inclusif et global".

Une partie de l'aide sera constituée de dons et une autre sera versée sous forme de prêts bonifiés, à taux préférentiel, a précisé à Reuters l'entourage du président français.

Durant les deux années qui ont suivi l'intervention militaire française contre les islamistes au Mali, qui a débuté en janvier 2013, la France a engagé 300 millions d'euros, a précisé le président mercredi.

Avec AFP et Reuters

XS
SM
MD
LG