Liens d'accessibilité

Libye : des conseillers italiens et français pour les rebelles


Le président français Nicolas Sarkozy et le chef du Conseil national de transition libyen (CNT), Mustapha Abdeljalil, à l'issue de leurs entretiens à l'Elysée

Le président français Nicolas Sarkozy et le chef du Conseil national de transition libyen (CNT), Mustapha Abdeljalil, à l'issue de leurs entretiens à l'Elysée

Le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa, a fait savoir, mercredi, que son pays mettre dix instructeurs à la disposition de la rébellion qui se bat contre le régime de Mouammar Kadhafi.

Après la Grande-Bretagne, deux autres pays de l’Union européenne ont, à leur tour, décidé d’envoyer des conseillers militaires aux rebelles libyens.

Le ministre italien de la Défense, Ignazio La Russa, a fait savoir, mercredi, que son pays mettre dix instructeurs à la disposition de la rébellion qui se bat contre le régime de Mouammar Kadhafi.

La France a annoncé, de son côté, qu’elle dépêchera des conseillers militaires en Libye en appui aux Libyens.

Un poste de contrôle des soldats gouvernementaux libyens près de Misrata

Un poste de contrôle des soldats gouvernementaux libyens près de Misrata

Le président français Nicolas Sarkozy a reçu, à Paris, le chef du Conseil national de transition libyen (CNT), Mustafa Abdel Jalil. Ce dernier a, à l’issue de la rencontre, déclaré à la presse qu’il a invité le chef de l’Etat français à effectuer une visite dans le bastion des rebelles, à Benghazi.

Mardi, le secrétaire britannique au Foreign Office, William Hague, a annoncé l’envoi d’une dizaine de conseillers militaires pour aider les rebelles libyens dans les domaines de l’organisation, de la logistique et des communications.

Des rebelles libyens au front

Des rebelles libyens au front

Le chef de la diplomatie libyenne, Abdul Ati al-Obeidi, a critiqué cette décision qui, a-t-il dit, nuira aux chances de paix en Libye. Dans une interview à la BBC, Obeidi a appelé à un cessez-le-feu suivi d’une période de six mois pour préparer des élections.

Les combats se sont poursuivis, mercredi, à Misrata, ville occupée par les rebelles libyens et assiégée par les forces gouvernementales.

L’aviation de l’OTAN a, de son côté, frappé des installations gouvernementales libyennes dans plusieurs villes.

XS
SM
MD
LG