Liens d'accessibilité

Françafrique: les allégations de Me Bourgi démenties à Brazzaville


L'ancien leader gabonais Omar Bongo ( à g.) et l'actuel président du Congo Denis Sassou Nguesso (à dr.) sont parmi les chefs d'Etat africains cités par Me Bourgi

L'ancien leader gabonais Omar Bongo ( à g.) et l'actuel président du Congo Denis Sassou Nguesso (à dr.) sont parmi les chefs d'Etat africains cités par Me Bourgi

Certains partis d’opposition et des groupes de la société civile du Congo appellent, néanmoins, à l’ouverture d’une enquête.

Le monde de la Françafrique est une nouvelle fois perturbé ces derniers jours par une vague de révélations de l’avocat Robert Bourgi déclarant ici et là avoir participé à des financements occultes entre dirigeants français et chefs d’état africains.

Ces déclarations ont provoqué des réactions en chaine sur le continent, dont celle du gouvernement du Congo-Brazzaville, qui a catégoriquement démenti les allégations de Bourgi selon lesquelles le président Denis Sassou Nguesso et d’autres leaders africains auraient fait des dons d’argent à l’ancien président français Jacques Chirac et à l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin.

Certains partis d’opposition et des groupes de la société civile du Congo appellent à l’ouverture d’une enquête. Timothée Donangmaye a joint à Brazzaville Guy Romain Kinfoussia, président de l’Union pour la démocratie et le renouveau.

XS
SM
MD
LG