Liens d'accessibilité

16 à 22 ans de prison requis contre des pirates somaliens en France


Des pirates somaliens

Des pirates somaliens

La peine la plus lourde a été requise à l'encontre de Brug Ali Artan, Farhan Abdisalam Hassan et Ahmed Akid Abdullahi, de potentiels "recruteurs", selon l'avocate générale Sylvie Kachaner.

Le parquet a lundi requis des peines de 16 à 22 ans de réclusion criminelle à l'encontre de sept pirates somaliens, jugés à Paris pour avoir attaqué en 2011 le voilier Tribal Kat et tué son skipper dans le golfe d'Aden.

Pour Sylvie Kachaner, ces sept hommes sont "tous comptables", bien qu'à des degrés divers, des crimes commis.

Le 8 septembre 2011, neuf pirates s'étaient lancés à l'abordage du catamaran, à bord duquel naviguait le couple de retraités français Évelyne et Christian Colombo.

"A l'heure du départ, neuf personnes embarquent sur le skiff lourdement armé et équipé, en parfaite connaissance de cause, avec un objectif clair: attaquer des bateaux, obtenir des rançons pour les otages capturés", a affirmé l'avocate générale.

Christian Colombo, ancien infirmier de la marine passionné de voile, a été abttu, son corps jeté par-dessus bord sous les yeux de sa femme, qui sera elle-même enlevée et retenue pendant 48 heures.

"On ne saura jamais comment est mort Christian Colombo, qui a tiré", a regretté Sylvie Kachaner, ironisant sur le fait que tous minimisent leur rôle et accusent le chef du groupe Shine et son second Abdoulahi, tués lors de l'assaut d'un commando espagnol venu libérer la veuve.

En revanche, elle a décrit avec précision la "grande cruauté" infligée à Évelyne Colombo, privée du corps de son mari jeté "comme un insecte gênant", menacée et cachée sous une bâche à bord du skiff ballotté pendant deux jours.

Devant la cour, les accusés, des pêcheurs, coolies ou cueilleur d'encens âgés de 20 à 35 ans, ont expliqué avoir été embauchés pour quelques centaines de dollars, contre la promesse de gagner Aden, pour "écoper" ou s'occuper de l'essence.

En 2011, la piraterie somalienne est à son apogée. Cette année-là, les pirates avaient conduit, selon le Bureau maritime international, pas moins de 237 attaques. Les rançons se chiffraient en moyenne à 2 millions de dollars par navire. Depuis, grâce à un important déploiement militaire européen, la piraterie a nettement décliné.

Le verdict est attendu mardi ou mercredi.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG