Liens d'accessibilité

Comores: forte mobilisation pour la présidentielle partielle


Azali Assoumani s'adressant à ses partisans à Moroni, Comores, le 24 jan., 2016.

Azali Assoumani s'adressant à ses partisans à Moroni, Comores, le 24 jan., 2016.

Plusieurs centaines de personnes patientaient, dans le calme, mercredi matin devant un établissement scolaire de Mramani, une localité du sud de l'île comorienne d'Anjouan.

Les électeurs comoriens convoqués pour une présidentielle partielle se rendaient en grand nombre, et sous très haute sécurité, mercredi dans les bureaux de vote pour ce scrutin décisif afin de départager l'ex-putschiste Azali Assoumani et le candidat du pouvoir sortant "Mamadou".

Plusieurs centaines de personnes patientaient, dans le calme, mercredi matin devant un établissement scolaire de Mramani, une localité du sud de l'île comorienne d'Anjouan, a constaté un journaliste de l'AFP.

Une centaine de forces de sécurité, dont des militaires armés, montaient la garde au niveau de cette école qui abrite cinq des 13 bureaux de vote où l'élection partielle est organisée à la suite de violences du second tour, le 10 avril.

"On n'avait pas pu voter la dernière fois, mais aujourd'hui, les militaires m'ont protégée, moi et mon mari aveugle", a expliqué à l'AFP Bouéni Aboudou, qui a pu effectuer son devoir électoral peu après l'ouverture, comme prévu, des bureaux de vote à 07H00 (04H00 GMT).

Le second tour de la présidentielle aux Comores - micro-archipel de l'océan Indien situé au large du Mozambique - avait été émaillé de violences, principalement sur l'île d'Anjouan où des urnes avaient été saccagées et des personnes agressées dans des bureaux.

A Mramani, les opérations de vote avaient dû être interrompues: des centaines de personnes s'étaient pressées dans la cour de l'école pour voter, provoquant des débordements. Mercredi, les électeurs rentraient au compte-gouttes dans l'enceinte de l'établissement.

Au total, 6.305 électeurs enregistrés dans 13 bureaux de vote n'ont pas pu s'exprimer le 10 avril, selon la Cour constitutionnelle qui a ordonné de réorganiser le scrutin dans ces localités d'Anjouan.

Ces électeurs qui représentent seulement 2% du corps électoral comorien sont cependant en mesure de changer les résultats très serrés du vote remporté, selon les résultats provisoires, par l'ex-putschiste Azali Assoumani.

Le colonel Assoumani, qui a déjà occupé la fonction suprême de 1999 à 2006, est arrivé en tête avec 40,98% des suffrages. Mais il devance de seulement 2.000 voix son principal adversaire, Mohamed Ali Soilihi dit "Mamadou" (39,87%).

- Laissez-passer obligatoire-

Le vote se déroule sous haute sécurité, dans un pays prompt à la rumeur et qui a connu une vingtaine de coups d'Etat et tentatives depuis son indépendance de la France en 1975.

Mercredi, des militaires bloquaient les routes d'Anjouan conduisant aux bureaux de vote. Seules les personnes munies d'un laissez-passer pouvaient circuler, a constaté un journaliste de l'AFP. Cette mesure, habituelle un jour d'élection aux Comores, vise notamment à dissuader les fraudeurs.

"Pour l'instant, ça va. Toutes les mesures nécessaires ont été prises pour éviter tout débordement, mais on ne peut rien prévoir", a déclaré mercredi matin à l'AFP une membre de la Commission électorale nationale, Mariana Massoundi.

Azali Assoumani a affiché sa "sérénité" et sa "confiance" lundi sur l'issue du scrutin. "Si les structures de vote sont sécurisées, il n'y a pas de raison pour que je ne sois pas président en 2016, inch'Allah", a lancé lundi le colonel, chemise à fleurs et barbe de plusieurs jours.

Le colonel Assoumani bénéficie du soutien clé de l'ancien président Ahmed Abdallah Sambi, originaire d'Anjouan où il est très populaire.

C'est d'ailleurs ce dernier qui, de fait, a mené campagne. Lors des meetings, "c'est Sambi qui parlait, à chaque fois c'est lui qui s'adressait à l'assistance et Azali apparaissait pour les remerciements", constate amer, sous couvert de l'anonymat, un membre de la direction de campagne du colonel Assoumani.

De son côté, "Mamadou", qui s'est déclaré "plus combatif et encore plus optimiste" que jamais, a reçu l'appui du candidat arrivé en troisième position au second tour, Mouigni Baraka (19,15%).

Une situation singulière puisque le nom de Mouigni Baraka figure toujours sur les bulletins de vote: il ne peut pas juridiquement retirer sa candidature d'une partielle.

Les bureaux doivent fermer à 18H00 (15H00 GMT) pour ce "troisième tour", journée chômée et payée à Anjouan. Les résultats pourraient être connus dès mercredi soir ou jeudi, alors que l'investiture du nouveau président a été maintenue au 26 mai.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG