Liens d'accessibilité

Formule 1 - Essais de Barcelone : Mercedes et Ferrari seront dures à battre


La dernière semaine d'essais de préparation à la saison 2016 de Formule 1 a confirmé la tendance de la session précédente, fin février sur le même Circuit de Catalogne. Les Mercedes et les Ferrari seront très difficiles à battre en 2016.

Le Finlandais de chez Ferrari, Kimi Räikkönen, a signé jeudi le meilleur temps absolu de ces huit journées de travail acharné, autant pour les pilotes que pour les ingénieurs et les mécaniciens : 1:22.765, en pneus Pirelli ultra-tendres, l'une des nouveautés italiennes de cette rentrée des classes. Soit un dixième de mieux, seulement, que son coéquipier Sebastian Vettel en pneus super-tendres.

La deuxième session a été la copie conforme de la première : les pilotes Mercedes, Nico Rosberg et Lewis Hamilton, n'ont pas cherché à "claquer" des temps. Ils ont surtout limé le bitume, pendant des heures, en pneus "medium” : 619 tours au total, contre 674 la semaine dernière. A titre de comparaison, la Scuderia n'en a fait "que" 501, mais juste parce que la boîte de vitesses de Räikkönen a fait perdre un peu de temps à la Scuderia.

"Je n'ai jamais eu une aussi bonne voiture que ces dernières heures", a dit Rosberg avant de quitter le paddock catalan. "C'était vraiment une manière très positive de conclure cette semaine", a ajouté le vice-champion du monde allemand, sans rire, alors qu'il terminait la journée sur la 13e et dernière ligne de la feuille de temps, à plus de trois secondes de Vettel.

"Nous avons fait beaucoup de kilomètres depuis deux semaines et nous ne pouvons que nous sentir bien préparés pour Melbourne. L'équipe a fait un travail formidable pour construire une voiture aussi fiable. Nous n'avons pas encore une idée générale de la hiérarchie en terme de performance et je pense que tout le monde est excité à l'idée de la découvrir enfin en Australie", a conclu Rosberg.

- Renault contre Toro Rosso ? -

Les journalistes un peu habitués au grand cirque de la F1, surtout les Britanniques et les Italiens, ont déjà trituré les chiffres dans tous les sens. Et s'il y a moins d'une seconde au tour entre Mercedes et Ferrari, à pneus équivalents, dans deux semaines à Melbourne, ce sera un miracle à fêter dignement dans toutes les églises de Maranello.

La parole à Vettel, le grand motivateur de la Scuderia, vendredi soir : "Je suis heureux. Nous avons pu faire beaucoup de tours, aller au bout de notre programme de travail, c'était des bons essais. On verra bien si cette voiture peut gagner, mais la première impression est bonne et tout ce que nous avons construit est positif. Je me sens bien au volant et je suis heureux du pas en avant que nous avons fait. Nous essayons toujours de réduire l'écart avec les voitures de devant (les Mercedes, NDLR), qui était très grand l'an dernier. Il va falloir être encore un peu patients".

Derrière les deux titans de la F1, ces derniers essais ont confirmé que deux écuries équipées de moteurs Mercedes, Williams et Force India, ne comptent pas lâcher leur place dans le Top 5, et que Red Bull, avec ses nouveaux moteurs Renault, désormais siglés TAG Heuer, vivra peut-être une saison 2016 plus excitante que la précédente.

Enfin, en milieu de tableau, une belle bagarre va probablement opposer Renault (ex-Lotus), en pleine reconstruction, et son ex-cliente Toro Rosso, qu'elle envisageait de racheter. Soit deux équipes jeunes, en moyenne d'âge, avec des pilotes qui vont tout faire pour survivre en F1 : Max Verstappen et Carlos Sainz Jr côté italien, Kevin Magnussen et Jolyon Palmer côté français. Vivement le GP d'Australie à Melbourne, le 20 mars.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG