Liens d'accessibilité

Fin du sommet des Nations Unies sur le climat


Le sommet sur le climat aux Nations Unies (AP)

Le sommet sur le climat aux Nations Unies (AP)

Plus de 130 gouvernements, entreprises et organisations de la société civile et des peuples autochtones ont participé mardi au siège des Nations Unies (ONU) à New-York, au Sommet sur le climat.

Au terme de leurs pourparlers, ces entités se sont engagées à réduire de moitié la déforestation d'ici à 2020 avant d'y mettre fin d'ici à 2030.

Dans une « Déclaration de New-York sur les Forêts », elles ont appelé à la restauration de 350 millions d'hectares de forêts et de terres agricoles. Il s'agit d'éviter à terme l'émission d'une quantité de dioxyde de carbone chiffrée à entre 4,5 et 8,8 milliards de tonnes par an d'ici à 2030, soit l'équivalent des émissions produites par le milliard de voitures circulant actuellement sur toutes les routes du monde.

Pour le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le changement climatique reste la problématique déterminante de l’époque moderne, et la réponse qu’on y apporte aujourd’hui déterminera ce qui se passera à l'avenir.

Pour sa part, le président Barack Obama a déclaré que les États-Unis, le deuxième plus grand pollueur au monde derrière la Chine, assument leurs responsabilités pour leur impact environnemental sur la planète. Mais, a-t-il ajouté, toutes les nations doivent agir de concert.

Le représentant chinois, Zhang Gaoli, a dit que la Chine attache une grande importance à la lutte contre le changement climatique, dont la réduction des émissions de dioxide de carbone et des combustibles fossiles, et la conservation de l'énergie.

Parmi les engagements spécifiques annoncés à New York : une vingtaine de grandes sociétés du secteur alimentaire ont promis de s'approvisionner désormais en huile de palme produite sans déforestation.

Une coalition de peuples autochtones d'Asie, d'Afrique, d'Amérique centrale et du bassin de l'Amazone s'est engagée à protéger les 400 millions d'hectares de forêts tropicales qui sont sous leur contrôle.

Le Pérou et le Libéria ont annoncé leur intention de réduire la déforestation de 80% si les pays développés créent de nouveaux mécanismes d'incitation économique. La République démocratique du Congo (RDC), l'Ethiopie, l'Ouganda et plusieurs autres pays envisagent de restaurer un total de plus de 30 millions d'hectares de terres dégradées.

La plupart des scientifiques sont d’accord pour dire que le dioxyde de carbone des voitures et des usines contribue largement au réchauffement climatique. Ce qui pourrait entrainer à terme la fonte des calottes polaires, suivie du relèvement du niveau de la mer et de l’inondation des côtes. Certaines îles pourraient disparaitre.

Le réchauffement climatique pourrait aussi modifier radicalement la météo, telle que nous la connaissons, en renforçant les tempêtes dans certaines régions du monde, tandis que d’autres souffriraient de sècheresse accrue.

XS
SM
MD
LG