Liens d'accessibilité

Fin du Forum africain du carbone à Abidjan


Le crédit carbone peut mitiger l'impact des gaz à effet de serre, tels ceux émis par les centrales à charbon

Le crédit carbone peut mitiger l'impact des gaz à effet de serre, tels ceux émis par les centrales à charbon

La capitale économique ivoirienne, Abidjan, accueillait cette semaine un forum de deux jours réunissant des organisations internationales, des représentants du secteur privé et des décideurs politiques impliqués dans la lutte contre le réchauffement climatique.

But de la rencontre : étudier le marché carbone, soit l'ensemble des mécanismes d'échanges et de transactions des crédits de réduction des émissions de gaz à effet de serre.


Selon M. Brice Quesnel, haut responsable de l'unité Finance Carbone à la Banque mondiale, « Ce forum avait pour but de permettre des échanges entre toutes les personnes qui sont impliquées dans les mécanismes du Protocole de Kyoto, pour les échanges de commerce de réduction d’émissions de gaz à effet de serre dans tous les pays africains, mais également avec une participation de représentants d’autres régions, en particulier d’Europe, qui reste le principal marché pour ces permis de réduction d’émissions ».

Les Etats africains se sont dotés des dispositions institutionnelles et juridiques nécessaires pour ces marchés de carbone, a souligné M. Quesnel. « A ce jour, la plupart de pays se sont dotés des infrastructures nécessaires, sont maintenant parfaitement au courant et l’on voit également un intérêt du secteur privé » a poursuivi le responsable de la Banque mondiale. Malheureusement, reconnait-il, l’Afrique pourrait être pénalisée par la détérioration de l’économie en Europe. Car ce ralentissement se traduit par une baisse de la demande de crédit carbone.

« Il est dommage que cette période difficile dans le marché coïncide avec le moment où l’Afrique prenait toute conscience du potentiel de ces mécanismes » déplore M. Quesnel. Alors que se rapproche l’échéance de 2015, année à la fin de laquelle doit être conclu l’accord qui succèdera au protocole de Kyoto, il faut espérer « un regain de l’ambition pour les cibles de diminution de gaz à effet de serre dans les principaux grands pays, qui se traduira par une reprise de la demande pour ces crédits » ajoute-t-il.
XS
SM
MD
LG