Liens d'accessibilité

Fin de trois semaines de manœuvres américano-burkinabè contre les jihadistes


Un militaire américain porte le drapeau américain devant une cohorte de ses camarades et compatriotes à la cérémonie d'ouverture de Flintlock, des exercices contre le terrorisme à Thiès, au Sénégal, 8 février 2016.

Une centaine de militaires burkinabè et une vingtaine de forces spéciales américaines ont pris part aux manœuvres de lutte contre les jihadistes, baptisées "Flintlock", terminées jeudi à Kamboinsin (30 km au nord de Ouagadougou).

L’exercice américano-burkinabè a duré trois semaines.

Il visait à améliorer les capacités de lutte contre le "terrorisme" et les "organisations extrémistes violentes", selon l'état-major général des armées.

Débuté le 27 février, le "Flintlock" financé par les Etats-Unis, a réuni une centaine de militaires burkinabè et une vingtaine de forces spéciales américaines, a précisé l'état-major général des armées.

Le même exercice s'est déroulé sur la même période, mais avec des instructeurs des forces spéciales des Pays-Bas à Bobo Dioulasso, la deuxième ville du pays, située à 360 km à l'ouest de la capitale.

Selon le commandement militaire, les participants ont bénéficié de formation pratique sur des modules de "combat en petites unités, de tirs, de gestion des engins explosifs et de réactivité face aux embuscades" dans un contexte d'attaques jihadistes récurrentes sur des postes militaires dans le nord de ce pays, frontalier du Mali.

"Aujourd'hui que nous sommes confrontés au phénomène de l'extrémisme violent, au terrorisme surtout dans la partie septentrionale du pays, (...) cette formation vient à point nommée et pourra nous permettre d'avoir une réponse efficace et efficiente sur le terrain dans les prochains jours", a déclaré le ministre de la Défense burkinabè Jean Claude Bouda.

"Cette idée d'agir maintenant contre ces menaces est très importante et c'est le moment d'agir", a de son côté martelé l'ambassadeur des Etats-Unis au Burkina Faso Andrew Young.

Le Burkina Faso participe depuis 10 ans aux manœuvres Flintlock mais c'est la deuxième fois, après 2010, qu'il accueille sur son territoire cet exercice.

Ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest est entré depuis avril 2015 dans un cycle d'enlèvements et d'attaques islamistes, surtout dans le nord frontalier du Mali et du Niger. Entre octobre et décembre dernier, il a perdu 15 soldats lors d'assauts de détachements ou postes militaires alors que les habitants de la zone vivent dans la psychose des attaques qui ont déjà causé la mort de plusieurs civils.

Les forces de sécurité du pays semblent pour le moment incapables d'enrayer ces attaques, note une source militaire sous couvert d'anonymat.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG